Rafael Nadal
Rafael Nadal | THOMAS COEX / AFP

Roland-Garros: Nadal et Djokovic pas top

Publié le , modifié le

A moins de trois semaines du début des Internationaux de France, de nombreuses stars du circuit rencontrent des difficultés, soit dans leur jeu, soit physiquement. Jamais depuis 2005 une édition n’avait semblé aussi ouverte. Nadal ne paraît plus intouchable sur sa terre fétiche, Djokovic soigne son poignet, et quelques outsiders ne sont pas au mieux. Petit tour d’horizon.

Quand le chat n’est pas là, les souris dansent ! Rafael Nadal a bien disputé les tournois de Monte-Carlo (Masters 1000) et Barcelone (ATP 500) mais l’Espagnol n’avait rien à voir avec le souverain qui tyrannise ses rivaux sur la surface ocre depuis presque une décennie. Huit fois victorieux à Roland-Garros, Monte-Carlo et Barcelone, sept fois à Rome, Nadal  a été éliminé en quart sur le Rocher par son compatriote David Ferrer, avant d'être sorti à Barcelone par un autre Espagnol, Nicolas Almagro, là aussi en quart. Deux adversaires qu’il avait l’habitude de corriger.

Nadal: "les défaites génèrent des doutes"

"Les défaites génèrent des doutes et ceux qui diront le contraire mentent", a-t-il confié sans qu’on en sache davantage sur ses problèmes de dos qui l’empêchent a priori de jouer sans retenue. Pour la première fois depuis 2004, l'Espagnol n'a remporté cette année aucun tournoi en avril, le mois où le circuit ATP débarque sur la terre battue européenne. Triple vainqueur dans la capitale espagnole (2005, 2010, 2013), Nadal pourrait néanmoins profiter de l’absence de Novak Djokovic pour regagner de la confiance sur ses terres.

Mal remis de sa blessure au poignet droit qui le handicape depuis quelques semaines, le Serbe est en effet forfait pour ce rendez-vous madrilène. "J'ai fait tout mon possible pour pouvoir jouer à Madrid, qui est un des tournois les plus importants de l'année, mais malheureusement la blessure que  j'ai au bras a connu une nouvelle inflammation", a expliqué Djokovic. Le N.2 mondial restait sur une défaite face à Roger Federer en demi-finale  à Monte-Carlo, où il était apparu grandement diminué par cette gêne au poignet.

Djokovic, poignet fragile

C'est un sérieux contretemps dans la préparation du Serbe pour  Roland-Garros, qui débute le 25 mai. Il n'est pas non plus encore sûr de  participer au Masters 1000 de Rome, le dernier grand rendez-vous sur terre  battue (11-18 mai) avant le tournoi parisien. Finaliste Porte d’Auteuil en 2012, le Belgradois espère enfin enlever le seul Grand Chelem qui lui manque, si possible en délogeant de son piédestal l’octuple lauréat majorquin (2005 à 2008, 2010 à 2013).

Hormis les deux cadors du circuit, certains outsiders déchantent également à quelques encablures du plus grand tournoi du monde sur terre battue. C’est notamment le cas d’Andy Murray, qui tente de retrouver sa confiance de la saison précédente (l’Ecossais a été opéré du dos à l’automne 2013 et il tarde à rejouer à son top niveau : une seule demie cette saison, contre Dimitrov à Acapulco).

Monfils et Simon pas au mieux

Tomas Berdych, qui vient de s’incliner en finale du tournoi de Oeiras contre l’Argentin Carlos Berlocq, n’évolue pas non plus à son meilleur niveau. Mais c’est toujours mieux que le pauvre Juan Martin Del Potro, forfait pour une grande partie de la saison (et biens sûr pour le French). L’Argentin, demi-finaliste de l’édition 2009 et quart-finaliste 2012, doit soigner son poignet gauche, opéré fin mars.

Les Tricolores aussi ne sont pas bien non plus. Gaël Monfils est sur courant alternatif ces derniers temps. Le Parisien, héros du quart de finale de Coupe Davis, est blessé à la cheville depuis (abandon face à Dimitrov en demie à Bucarest). Il a déclaré forfait à Madrid et rien n’est encore certain pour Rome. Gilles Simon, bêtement blessé en faisant du trampoline lors du dernier rassemblement des Bleus (vertèbre cassée), tente de remonter la pente, sans réussite.

Gasquet forfait ?

Quant à Richard Gasquet, c’est plus grave encore. Le Biterrois, qui s’était donné une entorse à une cheville en jouant au foot début avril, souffre toujours énormément de ses problèmes de dos. Le nerf sciatique est touché et cela lui procure parfois de vives douleurs. Il devrait arriver à Paris sans avoir disputé le moindre tournoi sur terre. Pas la préparation idéale.

Si l’on enlève Stanislas Wawrinka et David Ferrer, qui auront leurs chances à Roland, cela fait beaucoup d’éclopés ou de cadors en manque de confiance. Sans compter Roger Federer dont la participation aux Internationaux de France dépendra peut-être de la date d’accouchement de sa femme, si l’on a bien lu entre les lignes…