Lucas Pouille
Lucas Pouille éliminé au troisième tour | Thomas SAMSON / AFP

Roland-Garros 2018 : Lucas Pouille éliminé au troisième tour et ne verra pas la deuxième semaine

Publié le , modifié le

Dépassé par la puissance de Karen Khachanov (38e), Lucas Pouille (16e) sort dès le 3e tour de Roland-Garros (6-3, 7-5, 6-3). Malgré l'interruption de la veille, le numéro un français n'a pas trouvé la solution pour revenir dans la partie. Trop inconstant, il n’a jamais su dicter le tempo à son adversaire.

De nos envoyés spéciaux Benjamin Badache et Adrien Paquier 

L’interruption de la veille n’aura pas servi à Lucas Pouille. Mené 2 sets à 0 en arrivant sur le court Central à l’heure du déjeuner, le numéro un Français s’est fait à nouveau torpiller par la puissance des coups envoyés par Karen Khachanov. Pourtant soutenu par le public du Philippe-Chatrier, le 16e joueur mondial n’avait pas les armes pour revenir dans le match. La justesse technique et la puissance du Russe, lui ont permis de déborder Lucas Pouille à l’image de sa magnifique balle de match. Un lob subtile qui envoyait le 38e joueur mondial en deuxième semaine Porte d’Auteuil. 

Le lob de Khachanov met Pouille à terre

Si les deux hommes sont amis dans la vie, hier le cadet n’a fait aucun cadeau à son ainé. Trop emprunté, Lucas Pouille a alterné le bon et le moins bon tout au long de la rencontre tandis que le Russe faisait parler sa puissance en coup droit. Il s’est emparé très rapidement de la première manche (6-3). Le tournant du match a eu lieu à la fin du deuxième set. Quand Lucas Pouille semblait enfin prendre le leadership - à 5-3 en sa faveur, service à suivre – le tricolore subit un débreak blanc. Le Russe enchainait sur un nouveau jeu blanc (5-5), puis un jeu complètement fou emporté par Khachanov sur sa neuvième balle de break : 17 minutes d’échanges acharnés, d’amortis et de lobs. Le géant d’1m98 empoche le set dans la foulée (6-3, 7-5). 

La saison en dents de scie continue

Sorti au premier tour de l’Open d’Australie et de Madrid, au deuxième d’Indian Wells, de Monte Carlo et de Rome puis au 3e de Roland, le chef de file tricolore peine à lancer véritablement sa saison. A son actif, le tournoi de Montpellier (ATP 250) et une finale à Marseille (ATP 250) perdue en février face à un certain Karen Khachanov. A ce rythme, il devient difficile de garder une place parmi le Top 20. La saison sur gazon s’annonce cruciale, le Nordiste n’avait atteint que les 32e de finale à Wimbledon l’année dernière. Une chance pour glaner facilement des points supplémentaires en effectuant un meilleur parcours en juillet prochain. 

Adrien Paquier @AdrienPaquier