Roland-Garros : La grande favorite Simone Halep n'a rien pu faire face à la tornade Iga Swiatek, 19 ans

Publié le , modifié le

Auteur·e : Guillaume Poisson
Simona Halep à la peine face à la Polonaise Iga Swiatek, le 4 octobre 2020
La Roumaine Simona Halep à la peine face à la Polonaise Iga Swiatek, le 4 octobre 2020 | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La Roumaine Simona Halep, tête de série numéro 1, a été balayée ce dimanche par la jeune Iga Swiatek (19 ans) en deux sets 6-1, 6-2. La Polonaise, expédiée l'an dernier, au même stade, par la même Halep, se qualifie ainsi pour les premiers quarts de finale de Grand Chelem de sa carrière.

Celle-là, pas grand monde ne l'avait vue venir. La victoire écrasante (6-1, 6-2) d'Iga Swiatek, 19 ans, sur la numéro deux mondiale et grande favorite Simona Halep, est déjà l'une des immenses surprises de la saison. Certes, on savait la Polonaise, une des étoiles montantes du tennis féminin, de taille à embêter Halep. Mais pas au point de la battre. Encore moins à surpasser celle qui sortait pourtant d'une démonstration face Amanda Anisimova (victoire 6-1, 6-0) au tour précédent. Car c'est ce qui est le plus sensationnel dans la performance de Swiatek : Halep n'a pas fait un mauvais match. Elle a tout simplement été prise à la gorge d'entrée de jeu par une gamine de 19 ans sans complexe, en pleine réussite. Une statistique résume son exploit : 30 coups gagnants (contre 12 pour Halep). En quinze jeux disputés. Sensationnel. 

Halep groggy

Le destin a voulu qu'Halep recroise la route d'Iga Swiatek, un an après leur dernière rencontre, en huitièmes de finale aussi, à Roland-Garros. La Roumaine avait humilié Swiatek, 6-1, 6-0. Est-ce cette envie de revanche qui a animé la Polonaise dès les premières frappes ? Elle a en tout cas entamé le match à une intensité folle. 5-1 en vingt minutes, des coups gagnants qui pleuvent de tous les côtés. Le genre de scénario où l'une des deux joueuses marche sur l'eau, et où l'adversaire se contente d'attendre l'orage passer. C'est sûrement ce qu'Halep s'est dit : attendre que la tempête ne se calme, d'autant qu'à 19 ans, on peut avoir tendance à s'enflammer puis à vite retomber. 

Sauf qu'Iga Swiatek n'a jamais cessé son entreprise de démolition. Après la perte du 1er set, on a d'ailleurs senti la numéro deux mondiale commencer à paniquer, frapper des coups qu'elle ne tente pas d'habitude, commettre un peu plus d'erreurs. En face, Swiatek a réussi tout ce qu'elle a tenté. 17 coups gagnants dans le 1er set, 13 dans le 2eme, pour seulement 20 fautes directes. Puissance, toucher de balle, relative régularité pour un tel jeu offensif. 

C'était le match parfait pour Swiatek. Il sera peut-être l'acte de naissance d'une championne. L'an dernier, Halep avait aussi été éliminée par une très jeune joueuse, Amanda Anisimova (18 ans). Depuis, l'Américaine n'a plus dépassé le 3e tour en Grand Chelem : signe qu'il faudra garder la tête froide pour Swiatek. Quant à Simona Halep, comme l'an dernier, elle s'arrête très loin d'un titre qui lui paraissait promis. Comme l'an dernier, elle est la victime d'une jeune en furie, et il serait hâtif d'en tirer des conclusions. D'autant qu'en 2019, elle enchaînait avec une victoire à Wimbledon après son élimination précoce à Paris. 

à voir aussi Roland-Garros: 4e exploit pour Trevisan, sortie des qualifs, qui accède aux quarts en battant Kiki Bertens Roland-Garros: 4e exploit pour Trevisan, sortie des qualifs, qui accède aux quarts en battant Kiki Bertens