Jelena Ostapenko, lors de sa demi-finale de Roland-Garros face à Timea Bacsinszky.
Jelena Ostapenko, lors de sa demi-finale de Roland-Garros face à Timea Bacsinszky. | AFP

Roland-Garros : Jelena Ostapenko en cinq points

Publié le , modifié le

Surprise de cette édition 2017 de Roland-Garros, la Lettone Jelena Ostapenko a un profil atypique. Voici en cinq points, ce qu’il faut retenir de la joueuse de 20 ans, qui affronte ce samedi la Roumaine Simona Halep en finale.

Une peste ?

« Sa personnalité est très forte, parfois trop, mais ça l’aide », estime ainsi son agent Ugo Colombini. Peu appréciée par de nombreuses joueuses du circuit, Ostapenko n’est pas du genre à arrondir les angles, bien au contraire. Colérique, elle est connue pour avoir jeté de colère –involontairement- sa raquette sur un ramasseur de balles lors du tournoi d'Auckland en janvier 2016.

Sur les traces d’Ana Ivanovic

Avant peut-être de remporter les Internationaux de France, la Lettone qui a fêté ses 20 ans jeudi en demi-finale, est la plus jeune finaliste à Roland-Garros depuis Ana Ivanovic en 2007. Le record de la plus jeune vainqueur, appartient toujours à Monica Seles, qui avait 16 ans et six mois lorsqu’elle a gagné en 1990.

Elle voulait danser la samba

« Quand j'ai dû choisir, j’ai trouvé que le tennis pouvait me procurer plus de plaisir. Maintenant, la samba est devenu un simple loisir lorsque je reviens à la maison », a-t-elle confié, précisant qu’elle voudrait reprendre ses études après sa carrière « et aller dans une grande université.»

Elle frappe plus fort que Murray

Connue pour un énorme coup droit, Jelena Ostapenko est capable d’envoyer la petite balle jaune à plus de 117 km/h pendant les échanges. Elle peut donc se targuer de posséder un coup droit plus rapide que des joueurs comme Andy Murray ou encore Novak Djokovic.

 

 

Roland ne lui réussissait vraiment pas !

Jusqu’à cette édition, la petite fille de Riga n’avait pas gagné le moindre match dans le tableau final de Roland-Garros. Sortie dès son entrée en lice en juniors en 2014 tout comme en qualifications 2015, elle avait disputé sa première rencontre dans le « grand » tableau l’an passé, mais sans succès. Cette année, Ostapenko est revenue de loin en étant menée dans son premier duel 6-4, 2-0 par l’Américaine Louisa Chirico… La suite on la connaît !

francetv sport @francetvsport