Roland-Garros: Herbert renverse Medvedev pour un superbe exploit

Publié le , modifié le

Auteur·e : Romain Bonte
Pierre-Hugues Herbert au service, sur le court N.14 de Roland-Garros, le 27 mai 2019
Pierre-Hugues Herbert au service, sur le court N.14 de Roland-Garros, le 27 mai 2019 | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Pourtant mené deux sets à rien, Pierre-Hugues Herbert a finalement eu le dernier mot face à Daniil Medvedev. L'Alsacien s'impose donc en cinq manches 4-6, 4-6, 6-3, 6-2, 7-5 après un combat de 3h54. 16e de finaliste l'an passé, il affrontera au deuxième tour le vainqueur du match opposant un autre Français, à savoir Benoît Paire, au Roumain Marius Copil.

Sur le court N.14, Herbert a d'abord eu du mal à trouver ses repères face à son adversaire russe. Vainqueur de leur unique confrontation sur le circuit ATP à Rotterdam l'an passé, Medvedev avait toutefois bien enregistré une défaite face à Herbert, mais c'était en qualifications à Marseille, en 2015. Déjà mené 0-40 sur son service, le Français est finalement parvenu à tenir la dragée haute à la tête de série N.12. Du moins jusqu'au toujours décisif septième jeu… C'est à ce moment que Medvedev a décidé de hausser le ton, puis, malgré encore un peu de déchet, a confirmé pour prendre la première manche en 37 minutes.

Le service fait défaut Herbert 

Herbert n'a certes jamais atteint le 14e rang mondial, mais l'actuel 42e à l'ATP s'était quant à lui hissé en 16e de finale Porte d'Auteuil et pas plus tard que l'an passé. Malgré cette expérience et un début de saison plutôt réussi, l'Alsacien n'a pas trouvé la faille dans le jeu adverse. Joueur de double par excellence, il a bien tenté de surprendre le Russe avec quelques service-volées salvateurs, mais moins performant sur son engagement (moins de 60 % de réussite), il a de nouveau lâché prise dans le deuxième set (6-4). Et Medvedev s'est montré irrésistible en défense.

C'est dans la troisième manche, que le Français a entrevu un rayon de soleil. Les nuages se sont à ce moment dissipés au-dessus de sa tête et sur les différents courts de la terre battue. Profitant d'un passage à vide de son adversaire, P2H a pris l'ascendant à 4-2 et, soutenu par les spectateurs, réduit l'écart en remportant le troisième set.

Le Russe a visiblement connu une baisse de régime face au Français qui, lui, a gardé le même rythme. Face à un adversaire gérant ses efforts, les service-volées de Herbert ont fait mal. Ce dernier a enchaîné les points, Medvedev connaissant une grosse défaillance même sur son service avec quatre double-fautes. Le match a ainsi basculé et la tête de série N.12 s'est vu mener 5-0 avant de demander à être manipulé pour soigner un bas du dos douloureux. De retour sur le court, le Russe a bien repris du poil de la bête, mais l'avance d'Herbert était trop importante et celui-ci est parvenu à revenir à deux manches partout (6-2).

A voir sa réaction au moment de remporter cette quatrième manche, le natif de Schiltigheim a inévitablement caressé l'espoir d'une belle "remontada". Face à un joueur qui n'avait disputé -et perdu- que deux matches en cinq sets (à Wimbledon), le Français de 28 ans avait quelques raisons d'y croire. Mais après un peu plus de trois heures de match, c'est Herbert qui s'est retrouvé en difficulté sur son service. Après avoir sauvé une balle de break, il a réussi à recoller à 3-3, non sans avoir demandé au public de s'enflammer…

Mais lorsque l'Alsacien a pensé prendre l'ascendant dans l'échange, Medvedev a sorti un coup magistral pour se procurer de surcroît une balle de break à 4-3. Herbert a tenu le coup et le match s'est clairement intensifié. Les amorties du Français ont répondu aux passings du Russe. Comme lors de ses deux seuls duels en cinq sets, Medvedev a fini par craquer. Herbert a pris son service pour mener 6-5, avant de confirmer et de signer une superbe performance face à la tête de série N.12.

Pour sa cinquième participation, P2H atteint le deuxième tour pour la troisième fois. S'il veut comme l'an passé atteindre le troisième tour (sa meilleure performance), il devra se défaire de Benoît Paire ou du Roumain Marius Copil.