Gaël Monfils
Gaël Monfils | Eric FEFERBERG / AFP

Roland-Garros - Gaël Monfils : "La tête n'y est pas"

Publié le , modifié le

Qualifié difficilement pour le deuxième tour après sa victoire face à Elliot Benchetrit, Gaël Monfils s'est ouvert dimanche sur ses difficultés du moment en expliquant ne pas traverser "la meilleure période de sa vie".

Comme expliquez-vous cette entame de match compliquée ?
Gaël Monfils, vainqueur d'Elliot Benchetrit en quatre sets :
"J'ai pris des médicaments avant de venir sur le terrain. Je ne me sentais pas très bien, au niveau du ventre, j'avais mal au bide, je ne sais pas pourquoi. Heureusement, j'ai réussi progressivement à me relâcher, et surtout à oublier un peu que j'étais moins bien physiquement."

Comment avez-vous abordé ce premier tour ?
G.M. : "Le premier tour à Roland Garros n'est jamais évident. Quand je joue un jeune, j'appréhende d'une façon différente. Un jeune n'a jamais joué ce type de match, des matchs en cinq sets, des matchs sur le Suzanne-Lenglen. C’est vrai que plus facile de jouer une wild card au premier tour qu'un gros joueur. Par expérience, la wild card française est plus facile, il faut dire la vérité. Mercredi, ce sera déjà peut-être un peu plus compliqué. Ce sont des joueurs beaucoup plus expérimentés. Vais-je réussir à maintenir ici ? C'est la question. (...)  Je n'ai pas de réussite pour plein de raisons que je peux expliquer. Je pense qu'après Roland-Garros, il y aura forcément une remise en question de pas mal de choses, un peu de changement, et surtout un autre gros travail qui va se faire. Malheureusement je tape très bien la balle, mais je n'ai pas la tête. Donc c'est un peu compliqué."

Quel genre de changement ?
G.M. : "Affûter mon staff. Mon staff est un peu léger. Je parle à d'autres personnes pour compléter Mickaël (Tillström, son coach). Mickaël, toujours Mickaël, mais pour compléter Mickaël, avoir des gens vraiment à plein temps avec moi sur d'autres domaines pour me remettre à niveau physiquement, mentalement aussi. Je pense que cela ira mieux."

Votre prochain adversaire est Martin Klizan. Comment allez-vous aborder ce match ?
G.M. : "C'est un mec que j'aime bien parce qu'il aime la bagarre. Je trouve qu'à chaque fois, il fait des gros matchs en Grand Chelem. C'est un mec qui va chercher loin, qui emmène pas mal de folie sur le terrain, qui a des gros 5 sets gagnés dans ses jambes. (...) Je m'attends à un match très compliqué."

France tv sport @francetvsport