Elsa Jacquemot joue les qualifications à Roland-Garros
Elsa Jacquemot joue les qualifications à Roland-Garros | Maxppp

Roland-Garros : Elsa Jacquemot éliminée, plus aucune Française en qualifications

Publié le , modifié le

Elsa Jacquemot a dû s'incliner face à la puissance de l'Allemande Antonia Lottner. En deux sets (7-6 6-2), la 149e mondiale a eu raison de la combativité de la Française, et de son impressionnante maturité pour ses 16 ans. Elle était la dernière Française du tableau des qualifications.

Antonia Lottner les mains sur les cuisses, tête baissée, attarde son regard sur l’un des coins de sa ligne de fond. Alors que l’arbitre de chaise s’approche pour vérifier la marque, elle ne lui en laisse pas le temps et lance un râle dans un sourire. Mi dépitée mi admirative elle salue le point lunaire de la Française. Assommée de coups lourds, piégée par une amortie croisée de l’Allemande, Elsa Jacquemot s’est arrachée pour offrir un lob chirurgical devant les regards éberlués du court 14 et ainsi sauver la première balle de break du deuxième set.

Cet échange revêt presque à lui seul l’essence même de la rencontre qui a opposé les deux joueuses. Devant un court d'abord clairsemé et dont les rangs se sont progressivement remplis au fil des minutes pour se rallier chaleureusement derrière la dernière représentante française des qualifications, la gamine a fait admirer sa palette.

L'arme du service

A commencer par son service (5 aces). Un geste fluide, puissant d’autant plus impressionnant pour la Lyonnaise au physique encore frêle et à la taille bien éloignée des 1m80 de son adversaire du jour. Une valeur sûre sur laquelle la joueuse s'est appuyée pour se sortir de situations hasardeuses. A valeur d'exemple, ces quatre énormes services dont un ace (à 4-4, avantage Lottner dans le premier set) qui lui ont permis de revenir à hauteur, d'effacer la balle de break et de sauver sa mise en jeu. 

Une maturité dans les moments importants qui impressionne, mais n'a rien d'étonnant au regard de l'aura dégagé par l'adolescente sur et en dehors du court entre concentration et détermination. "Il y a toujours un peu de stress avant un match, mais dès que le match a commencé ça allait. J'aurai voulu faire mieux. Tout de suite, je suis très déçue. Elle a été meilleure que moi dans les moments décisifs et a joué un très bon tennis", glissait-elle les yeux hagards et le visage fermé après la rencontre.

Je veux gagner Roland-Garros Junior, affirme Elsa Jacquemot

Pourtant, du haut de ses 16 ans la Lyonnaise a offert au court 14 l'aperçu d'une combativité et d'une main extraordinaire. Entre contre-pieds, amorties croisées, passing, lobs millimétrés, Elsa Jacquemot a brillé par sa vision du jeu. Un show qui a soulevé un public entièrement acquis à sa cause. "Ils ont été extraordinaires. J'adore jouer comme ça devant plein de gens. C'est quelque chose qui vous booste", partageait-elle son visage fendu par un premier large sourire.

Un net déficit de puissance, dont le fossé s'est agrandi au fil de la rencontre alors que l'usure s'installait, a grandement pénalisé la Française. Un différence flagrante et encore trop handicapante pour réaliser un coup jeudi qui ne devrait pas freiner l’ambitieuse lyonnaise sur le circuit junior. Elsa Jacquemot est déjà tournée vers la suite. "L'objectif est de gagner des Grands Chelems. Il y a Roland Garros Junior qui arrive et j'espère le gagner."