Dominic Thiem sans solution contre Rafael Nadal
Dominic Thiem sans solution contre Rafael Nadal | AFP - Philippe Lopez

Roland-Garros : Dominic Thiem, plus près mais si loin de Rafael Nadal

Publié le , modifié le

Pour sa deuxième finale consécutive à Roland-Garros, Dominic Thiem a subi une deuxième défaite contre le maître des lieux, Rafael Nadal, vainqueur pour la 12e fois du tournoi parisien. Mais cette fois, l'Autrichien a remporté une manche, et il peut nourrir bien des regrets d'avoir cédé la première. Vainqueur de l'Espagnol à quatre reprises sur terre battue, il n'est pas devenu le 3e joueur à le vaincre dans l'histoire à Paris. Pour l'instant...

"J'ai beaucoup appris l'année dernière. Il est important de conserver assez d'énergie pour être en pleine forme pour le dernier match." Avant le début des Internationaux de France 2019, Dominic Thiem faisait partager le fruit de son expérience de l'année dernière. Finaliste ici-même face à Rafael Nadal, il savait que la dimension physique avait une importance majeure. Jusqu'à la demi-finale, l'Autrichien avait bien respecté son objectif d'en garder sous le pied.

La demi-finale qui change beaucoup

Avec un set perdu à chacun de ses trois premiers tours, puis deux victoires en trois sets, il avait limité les dégâts. A ce moment-là du tournoi, il n'avait même disputé qu'une minute de plus que Rafael Nadal: 11h02 contre 11h01 de jeu. Mais la demi-finale a tout changé. Pendant que l'Espagnol a validé son ticket en trois manches en 2h25, l'Autrichien a mis deux jours pour se défaire de Novak Djokovic et de la pluie pour un total de 4h13 de match. Sa première victoire en cinq manches à Paris a sans doute joué un rôle pour cette finale, qu'il qualifiait lui même de "défi ultime, et un des plus grands défis que le sport en général puisse donner". Même si l'Autrichien ne voulait pas avancer cette excuse de l'enchaînement pour expliquer une possible baisse de régime ce dimanche.

Pour défier le maître des lieux, il savait une chose: "C'est très important que je puisse jouer mon match avec la conviction que je peux gagner. C'est la chose la plus importante." Fort de quatre victoires sur terre face au plus grand joueur de l'histoire sur cette surface, l'Autrichien pouvait encore s'appuyer sur un succès cette saison contre le Majorquin, à Barcelone, lui qui avait été le seul, la saison passée, à faire tomber Nadal sur terre dans toute la saison 2018. 

Des statistiques révélatrices

Malgré tous ses progrès, malgré cette confiance accumulée depuis plusieurs mois, malgré son évolution physique qui en fait l'un des monstres du circuit, Dominic Thiem n'a pas pu renverser la montagne. Il avait été battu en 2018 en trois sets. Cette fois, c'est en quatre sets.

Pour la première fois de la quinzaine, l'Autrichien n'a pu s'appuyer sur un gros quota de points derrière sa première balle. Face à Nadal, il n'a remporté que 57% des points derrière son premier service. Un chiffre à mettre en rapport avec ceux de ses tours précédents: toujours au-dessus de 76%, sauf en demi-finale contre Djokovic où il a tout de même atteint les 65%. Et dans le même temps, l'Espagnol, avec 64% de points sur sa seconde balle, a réalisé son deuxième meilleur match de la quinzaine, contraignant son adversaire à connaître un match sans au retour (36% de points sur seconde balle, son 2e ratio le moins important de la quinzaine). 

La domination de Nadal se reflète également dans le nombre de points gagnants par rapport au nombre de fautes directes: 31 points gagnants pour 38 fautes directes pour Thiem, et l'exact inverse pour Nadal (38 points gagnants pour 31 fautes directes). Hormis contre Djokovic (60 fautes directes), jamais durant la quinzaine le 4e mondial n'avait commis autant d'erreurs. C'est aussi la force de l'ancien N.1 mondial de pousser ses rivaux dans leurs retranchements.

Depuis deux ans, Dominic Thiem est devenu le plus sérieux rival de Rafael Nadal sur terre battue. Mais il demeure encore loin de lui à Paris. Comme tant d'autres. L'Espagnol vient de remporter son 93e match sur les courts de la porte-d'Auteuil, pour deux défaites. Un record.