Le Suisse Roger Federer à Roland-Garros
Roger Federer sur le court Suzanne-Lenglen de Roland-Garros en 2015 | AFP - KENZO TRIBOUILLARD

Roland-Garros : des absents de marque à faire oublier

Publié le , modifié le

Cette année, Roland-Garros doit faire avec l'absence de plusieurs stars du circuit. Retour sur ceux qu'on ne verra pas, ou peut-être pas, à la Porte d'Auteuil pendant la quinzaine.

  • Le prudent : Roger Federer

Le prudent : Roger Federer

Ira ? Ira pas ? La question animait les amateurs de tennis depuis le début de saison et la victoire de Roger Federer à l'Open d'Australie. Absent sur blessure l'année dernière, le Suisse de 35 ans a décidé de faire l'impasse sur toute la saison de terre battue cette année. Dans le but de "jouer de nombreuses années encore sur le circuit" selon le communiqué officiel, mais surtout pour viser une huitième victoire à Wimbledon sur une surface, le gazon, qu'il apprécie beaucoup plus. Et la forme étincelante de Rafael Nadal, vainqueur de deux des trois Masters 1000 sur terre battue, a peut-être facilité cette décision. 

  • La maman : Serena Williams

La maman : Serena Williams

Malgré les années et une saison 2016 plus difficile sur le circuit féminin, voir Serena Williams dépasser le record de tournois du Grand Chelem remportés semblait inexorable. Et l'Américaine avait fait un grand pas vers les 24 succès de Margaret Court en remportant l'Open d'Australie en janvier. A un Grand Chelem d'égaler l'Australienne, Williams a décidé de mettre en pause sa carrière pour avoir un enfant. Avec son absence, Roland-Garros perd une triple vainqueur (2002, 2013, 2015). Elle avait conclut sa dernière participation sur une finale, perdue contre Garbine Muguruza. Mais Williams a également annoncé sa détermination à revenir au plus haut niveau. De quoi espérer revoir la reine du tennis à Paris. 

  • L'indésirable : Maria Sharapova

L'indésirable : Maria Sharapova

Le feuilleton Sharapova a été au moins aussi suivi que celui concernant Federer. Suspendue en juin 2016 pour plusieurs contrôles positifs au meldonium, Maria Sharapova a effectué son retour en avril. Et la tsarine du tennis a immédiatement pu retrouver les meilleurs tournois du circuit, malgré son classement dans les 200es places mondiales. Les invitations se sont rapidement multipliées, les tournois pouvant difficilement se passer de la publicité associée à une venue de Maria Sharapova. Madrid, Rome, Stuttgart ont accueilli la joueuse russe. La question s'est alors posée pour Roland-Garros puisque son classement actuel (173e) ne lui permet pas de prétendre aux qualifications. Mais Bernard Giudicelli, président de la fédération française de tennis, a refusé d'offrir le précieux sésame : "S'il existe des wild-cards pour des retours de blessure, il n'en existe pas pour des retours après une sanction pour dopage"  a-t-il expliqué. "Je connais la dimension médiatique de Maria et je mesure les attentes du public et des sponsors", a reconnu Giudicelli, avant d'affirmer : "Le tournoi est plus fort que les joueurs et les joueuses.

Hugo Monier @hgo_mon