Roland-Garros : Clara Burel, 19 ans, qualifiée pour le troisième tour

Publié le , modifié le

Auteur·e : Hugo Dupriez
Clara Burel
Clara Burel affronte Shuai Zhang | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Après Caroline Garcia mercredi, la France comptera une nouvelle représentante au troisième tour. Sur le court N.14, qui n'avait pourtant pas franchement réussit aux Tricolores depuis le début du tournoi, Clara Burel, 19 ans, 433e joueuse mondiale, a vaincu Kaja Juvan, 20 ans, en deux sets (7-6, 6-2). La Rennaise, qui dispute son premier tournoi du Grand Chelem, continue d'écrire la belle histoire de Roland-Garros 2020.

Il y avait un air de revanche sur le court 14 cet après-midi. Clara Burel, 19 ans, surprise du premier tour côté français, affrontait Kaja Juvan, de quatre mois son aînée, dans un remake de la finale des Jeux olympiques de la jeunesse d'il y a 2 ans, à Buenos Aires. À l'époque, la Slovène avait privé la jeune française de l'or, un affront que la Bretonne voulait effacer. 

Un premier set aux allures de marathon

Dès le premier jeu, long de 9 minutes, la rencontre prenait des allures de long combat. Burel, agressive d'entrée se procurait deux balles de break sans être en mesure de les convertir. Kaja Juvan était prévenue, Clara Burel ne comptait pas se faire marcher dessus. La Française fera le break, dès le deuxième jeu de service de la Slovène, pour affirmer son désir de revanche. Sous les yeux de Thierry Champion, Emilie Loit ou encore Julien Benneteau, la droitière serrait le jeu, et le poing, pour faire la course en tête dans la première manche. 

à voir aussi Roland-Garros : La Française Clara Burel, 433e, invitée dans le tableau final, va disputer son premier Grand chelem à Paris Roland-Garros : La Française Clara Burel, 433e, invitée dans le tableau final, va disputer son premier Grand chelem à Paris

Hélas, alors que l'ancienne numéro 1 mondiale chez les juniors avait l'opportunité de prendre deux breaks d'avance, elle manquait une volée de coup-droit, alors que le court était ouvert, et laissait Kaja Juvan en vie dans ce premier set. Au huitième jeu, alors que les balles venaient de changer, Burel sortait de la bulle dans laquelle elle était installée et se faisait debreaker par Juvan. 

Mais, la 433e joueuse mondiale a de la ressource. Il faut dire qu'après tant de galères, elle a dû subir deux opérations du poignet au moment de faire la transition entre les juniors et le circuit principal, Clara Burel s'est habituée à sortir des situations délicates. Au courage, elle haussait son niveau de jeu et remportait le tiebreak, en sauvant deux balles de première manche, de quoi faire se lever le clan français. Burel serrait une nouvelle fois le poing, elle venait de faire le plus dur. 

Autoritaire

En confiance, la Française ne fera qu'une bouchée de Kaja Juvan, pourtant gagnante de l'Orange Bowl en 2016, dans le deuxième set. Remportant la majorité des points à l'aide de son coup droit supersonique, 27 coups gagnants sur l'ensemble du match et plus de la moitié sur son coup fort. Et, au moment de servir une première fois pour le gain du match, elle laissait échapper des premiers signes de frustration qui l'empêchaient de conclure sur sa mise en jeu. Qu'importe, en patronne et avec autorité, elle finissait le match sur le jeu suivant, sur le service de la Slovène. 7-6, 6-2, Clara Burel prend sa revanche et écrit, à la surprise générale, la belle histoire de la quinzaine. Un conte de fée qui a eu don de ravir, et de donner quelques larmes, aux quelques français présents sur le court 14. Et si, face Shuai Zheng, tombeuse d'Alizé Cornet, au troisième tour, Clara Burel écrivait un nouveau chapitre de son incroyable aventure ?