Roland-Garros: Caroline Garcia mate sa bête noire

Publié le , modifié le

Auteur·e : Romain Bonte
Caroline Garcia se défait de l'Allemande Mona Barthel à Roland-Garros, le 28 mai 2019
Caroline Garcia se défait de l'Allemande Mona Barthel à Roland-Garros, le 28 mai 2019 | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Caroline Garcia n'a pas eu de peine à franchir le premier tour de Roland-Garros, s'imposant en deux manches 6-2, 6-4, face à l'Allemande Mona Barthel. Pourtant opposée à une adversaire qu'elle n'avait encore jamais battue en deux confrontations, la Lyonnaise n'a pas tremblé sur le Court Suzanne-Lenglen. Au prochain tour, la N.1 française défiera la Russe Anna Blinkova, tombeuse de sa compatriote, Margarita Gasparyan.

Finaliste dimanche à Strasbourg (défaite face à l'Ukrainienne Dayana Yastremska), Caroline Garcia aborde ces Internationaux de France en confiance. Huitième de finaliste l'an passé, la Francilienne avait dû tiquer un peu lors du tirage au sort. Tomber contre la 86e joueuse mondiale pouvait paraître assez simple pour une joueuse de son rang. Sauf que lors de leurs deux uniques affrontements sur le circuit WTA, c'est l'Allemande qui avait eu le dernier mot...

Cette fois, il ne lui aura fallu qu'une heure et 12 minutes pour mettre un terme à cette série noire. La première manche a été rapidement pliée, la Lyonnaise s'octroyant deux breaks. La deuxième manche fut un peu plus compliquée pour la n°1 française. C'est en effet l'Allemande qui a à son tour mené 2-0 dans le deuxième set. Mais l'expérience de la terre battue parisienne a finalement profité à Garcia qui s'est montrée très solide en fond de court. La native de Bad Segeberg a eu du mal à faire la différence dans les échanges (12 points gagnants contre 22), et la Française a réussi à breaker à 5-4, avant de confirmer dans la foulée.

Après son match, Garcia a fait part d'une certaine tension au moment de débuter cette Quinzaine. "Évidemment, il y a toujours un peu de tension. Jouer à Roland-Garros. Commencer un Grand Chelem à la bas", a résumé la N.1 Française. Même si elle a plutôt bien débuté sa rencontre face à une adversaire qu'elle n'avait jamais battue, Garcia explique que son jeu était loin d'être parfait. "Le Suzanne-Lenglen, je n'y avais pas mis les pieds, je m’étais juste échauffée ce matin. Les balles n'étaient pas aussi longues que je le souhaitais", a-t-elle indiqué. "C'était clair sur ce que je voulais faire : les bases étaient là. La réalisation n'était pas parfaite. C'est un premier tour. Le but est de passer avec les moyens du bord", a ajouté la Lyonnaise qui affrontera la Russe Anna Blinkova.

Mais l'essentiel est là pour Garcia qui après sa finale à Strasbourg refait le plein de confiance. "Il me manquait un rien pour aller chercher le trophée et cela aurait été encore plus positif. Mais il y a plein de positif à retirer", a indiqué la tête de série N. 24. C'est à Roland-Garros qu'elle se sait attendue. Malgré sa chute au classement mondial, (22e alors qu'elle avait atteint le 4e rang l'an passé), Garcia sait que "l'attente de l'extérieur est toujours pareille". "Je vois l'engouement qu'il y a, c'est ce qui m'intéresse. J'essaie de prendre le positif de ça. J'essaie d'apprendre des erreurs de gestion que j'ai faites l'année dernière", précise-t-elle, avant d'assurer que "cela va de mieux en mieux".