Roland-Garros : Au terme d'un belle bagarre, Fiona Ferro s'impose et se qualifie en huitièmes de finale

Publié le , modifié le

Auteur·e : Guillaume Poisson
Fiona Ferro

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Fiona Ferro, 49e mondiale, a franchi un nouveau cap en se qualifiant ce samedi pour les premiers huitièmes de finale de sa carrière en Grand Chelem. La Française a dominé la 59e mondiale Patricia Maria Tig en trois sets, 7-6, 4-6, 6-0 et a porté à deux le nombre de Françaises qualifiées pour la deuxième semaine.

Elles seront donc deux en deuxième semaine cette année à Roland-Garros. Après Caroline Garcia vendredi, Fiona Ferro s’est qualifiée ce samedi en battant la Roumaine Patricia Maria Tig 7-6, 4-6, 6-0 en 2h48.  Loin d’être maîtrisé, le match de Ferro s’est construit sur quelques fulgurances, surtout lorsqu’elle s’est retrouvée dos au mur, et sur un excellent début de troisième set. Si l’on compte les tournois Elite Challenger de la FFT du mois de juillet, il s’agit de la quinzième victoire consécutive de la Française. Surtout, ce sera son premier huitième de finale en Grand Chelem. 

Instabilités 

Est-ce ce ciel instable, passant en quelques minutes d’un bleu clair à un gris de tempête ? Cette ambiance un peu hors du temps, lorsque les lumières du Chatrier ont dû être allumées en plein après-midi, à 16h10 ? Toujours est-il que ce match entre Fiona Ferro et Patricia Maria Tig est apparu désordonné, sans ligne directrice, comme si les deux joueuses s’y mettaient par phases. Fiona Ferro a eu beaucoup de mal à rester constante sur le 1er set. Elle a commis de nombreuses fautes directes dès les premiers jeux, jusqu’à se faire breaker à 2-2. Son jeu, peu économe mais assez risqué, lui a permis de garder la main malgré ses nombreuses imprécisions.

Que ce soit à 2-3 d’abord, puis à 4-5 plus tard, elle est à chaque fois revenue dans la partie avec panache. Son adversaire n’a pas non plus été un parangon de régularité sur la manche : 18 fautes directes (contre 26 pour Ferro). Le tie-break a été le symbole de ce jeu hâché. Ferro a raté une première balle de set sur une énorme faute en coup droit, avant de conclure la manche à 9-7, sur une grossière faute de son adversaire. 

L’une des marges de progression de Fiona Ferro sera quoiqu’il arrive la capacité à avoir un niveau moyen sur l’ensemble d’une rencontre, et plus généralement d’un tournoi. Dans son match  face à Tig, comme depuis le début du tournoi, Ferro s’est ajustée au niveau de son adversaire, jouant toujours un peu mieux que celle-ci. Battre Rybakina, l’une des outsiders de ce tableau, tout en ayant autant de mal à sortir Patricia Maria Tig, le montre bien.

Exploiter sa marge

Son deuxième set aussi. Elle a du mal à être performante dans la facilité. Alors qu’elle avait largement surpassé son adversaire en termes d’agressivité sur la première manche (22 coups gagnants contre 9), elle s’est endormie dans la deuxième (9 contre 12 pour Tig). Cela a donné un deuxième set perdu 6-4 après un service perdu à 4-3, récupéré à 5-3, puis de nouveau perdu à 5-4. La troisième manche, à l'inverse, a été beaucoup plus homogène. 

La Française est rentrée comme un boulet de canon dans son troisième set, un peu comme contre Rybakina finalement. Break d’entrée, jeu de service autoritaire, nouveau break, nouveau jeu de service gagné : alors  que les deux premiers sets avaient duré 2h30, nous en étions à 4-0 en à peine dix minutes. Tig ne s’en est pas remise. Elle a quelque peu balancé les deux jeux suivants (et les balles dans les tribunes) et a offert, sur un plateau, le match à la Française. 

Le début du 3e set est un aperçu de la marge que peut avoir Ferro sur ce type de joueuse, solide, du Top 60. Même si son tournoi est, en soi, déjà réussi, il faudra bien plus qu’une accélération de fin de match à la Française pour passer la prochaine étape. C’est l’Américaine Sofia Kenin, 5e mondiale, qui l’attend en huitième de finale.