Roland-Garros : Alizé Cornet, courageuse mais trop brouillonne, éliminée au deuxième tour par Shuai Zhang

Publié le , modifié le

Auteur·e : Quentin Ramelet
Alizé Cornet à Roland-Garros 2020

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

C'est terminé pour Alizé Cornet ! La Française, 52e au classement WTA, n'a pas réussi à gérer ses temps forts contre Shuai Zhang (39e mondiale) vainqueur au deuxième tour de Roland-Garros (6-4, 7-6). Cornet s'est en effet montrée beaucoup plus friable au moment de conclure dans les moments chauds alors que la Chinoise, presque imperturbable, a été d'une justesse clinique quand il a fallu prendre le service de son adversaire. Au prochain tour, Zhang affrontera une autre Française, la belle surprise du tournoi Clara Burel (19 ans / 357e).

Ce jeudi, Alizé Cornet n'avait pas le petit truc en plus pour s'envoler quand il le fallait. Très solide au premier tour contre sa compatriote Chloé Paquet (6-3, 6-2), la Niçoise s'est montrée beaucoup plus friable ce jeudi contre Shuai Zhang, 39e joueuse mondiale. La Chinoise a en effet activé son métronome quand il s'agissait de conclure dans les moments chauds avec six breaks sur sept possibilités... Au contraire, Cornet s'est malheureusement sabordée, malgré une abnégation et un courage de tous les instants, en prenant cinq fois le service de son adversaire sur ses huit opportunités. La 59e au classement WTA s'est donc inclinée en 1h54 et deux sets particulièrement disputés (6-4, 7-6[3]).

Cornet abandonnée par son service

À l'image de sa défense exceptionnelle sur les trois premières balles de match de Shuai Zhang, Alizé Cornet ne voulait vraiment rien lâcher. Dommage, donc, que la Française ait été complètement lâchée par son service. Avec 56% de première balle réussie et seulement 36% des points remportés sur sa seconde, la Niçoise s'est battue contre elle-même pour résister, encore et encore. Cela a failli marcher tant sa détermination était belle à voir, et souvent efficace. Mais la Chinoise n'a presque jamais paniqué... Sauf sur sa seule double faute de la partie, sur sa 4e balle de match, ce qui a failli tout changer...

Car Alizé Cornet est une joueuse qui marche au mental, qui mise énormément sur ses qualités cérébrales. Quand ça ne fonctionne pas, on la sait capable de "partir" dans le mauvais sens. Mais quand les frappes sont bonnes, quand elle trouve ses zones ou réussit ses amortis - comme ce jeudi - alors la Niçoise peut être une véritable "enquiquineuse" ! Et Zhang était tout proche d'en faire les frais. Si la première manche s'est donc jouée sur des détails et sur un service déjà moyen, voire mauvais, de Cornet, la seconde aurait pu (dû ?) se jouer au courage. Car avant de sauver quatre balles de match, la Française avait réussi à débreaker trois fois de suite pour, à chaque fois, recoller (4-4, 5-5 et 6-6).

Malheureusement, le jeu décisif aura été trop difficile à gérer, tant émotionnellement que physiquement. Du moins, la volonté d'Alizé Cornet de pousser Shuai Zhang dans un troisième set n'a pas suffi, et cette fois-ci, ses défaillances au service ont été fatales quand la Chinoise a trouvé son déclic psychologique pour ne plus jamais flancher. Après 1h54 d'une belle et courageuse opposition, la Niçoise a cédé. Presque cruelle, mais surtout frustrant quand on sait que la prodige tricolore de 19 ans, Clara Burel, l'attendait avec impatience au troisième tour de Roland-Garros.