Djokovic Roland Garros 2017
Novak Djokovic fait le pitre sur le court, en attendant le début du tournoi. | AFP

Roland-Garros 2017 : stars et ambiance festive pour la journée des "Enfants de Roland-Garros"

Publié le , modifié le

Ce samedi, c’était la traditionnelle journée des « Enfants de Roland-Garros ». Au programme, derniers entraînements pour les joueurs avant leur entrée en lice, animations spécifiques, battles entre champions... Un beau succès populaire dans une ambiance festive, avant le début des hostilités.

Après plusieurs contrôles de sécurité, Ambre et Antoine arrivent enfin dans l’antre de Roland-Garros. Ces deux jeunes adultes ont fait le déplacement depuis Amiens, en Picardie, pour venir à cette fameuse journée des « Enfants de Roland-Garros ». Aujourd’hui, aucun match officiel n’est prévu, mais c’est l’occasion pour Ambre, Antoine et les milliers de personnes qui ont fait le déplacement, d’assister de voir leurs héros de près, dans une autre ambiance que celle du Tournoi. A l’inverse de la quinzaine, les spectateurs peuvent déambuler à leur guise aujourd’hui. Sans place attitrée, ils sont libres d’aller voir ce qu’ils veulent, quand ils le souhaitent.

Et la journée a plutôt bien commencé pour les premiers arrivés sur les lieux ce matin. Un murmure a rapidement parcouru la place des Mousquetaires : « y a Nadal sur le court, y a Nadal ! ». Le court n°1 est pris d’assaut, si bien que le simple entraînement entre Lucas Pouille et le nonuple vainqueur de Roland-Garros est suivi… à guichets fermés. Comme en match, on se tait pendant les échanges, et on applaudit en cas de beau geste.

Entraînements, animations et battles de stars au programme 

Sur le Lenglen, l’ambiance est un peu plus calme. Kristina Mladenovic tape quelques balles, en vue du premier tour. Si l’on souhaite trouver un véritable enjeu en cette journée consacrée aux enfants, il faut se rendre à deux endroits : à la place des Mousquetaire, où de joyeux chérubins s’affrontent sur des mini-courts… Ou au Court n°6, où un concours d’arbitrage est organisé. La gagnante a l’honneur d’entrer sur le court Philippe Chatrier, et de monter sur la fameuse chaise de l’arbitre pendant qu’un « battle » y est joué. Juste après, des matches ont lieu entre des juniors, parfois venus de Corée ou encore du Japon pour espérer avoir leur place dans le tournoi majeur de la catégorie.

Les battles de champions s’inscrivent dans la tradition de Roland-Garros. Avant le début du tournoi, les têtes d’affiches et les champions français viennent s’affronter en équipe, en participant à quelques jeux. Dominic Thiem, Kristina Mladenovic, Marin Cilic… Mais aussi l’ancien numéro un mondial et tenant du titre, Novak Djokovic, sont de la partie. « Djoko » fait ce qu’il sait faire de mieux (en plus de bien jouer au tennis), en régalant les spectateurs de ses habituelles facéties.

Mais cette année, on sent comme un parfum de « Paris 2024 » dans l’air. Pour affronter les joueurs qui s’apprêtent à démarrer le tournoi, on fait appel à… Thierry Omeyer, aux frères Karabatic, ou encore à Marie-José Pérec et Arnaud Assoumani. « Vous imaginez vous, une épreuve des Jeux Olympiques ici, sur ce court ? Moi oui », interpelle Mikaël Llodra. Le public répond par une acclamation, en faisant le signe de Paris 2024 avec les mains.

La fin de journée approche ; il est l’heure pour Ambre, Antoine et les autres de regagner leurs demeures. On dit que « les idoles de notre jeunesse sont les héros de notre vie ». Ils sont des milliers, grâce à cette journée des « Enfants de Roland-Garros », à avoir pu approcher les sportifs qu’ils admirent. Les voilà désormais de retour à leurs vies quotidiennes, partagées entre le travail, les études, la famille. Des souvenirs, et de nouveaux rêves plein la tête.

Pour revivre cette journée des "Enfants de Roland-Garros", suivez notre compte Snapchat : francetvsport ! 

Mathilde L'Azou @MathildeLAzou