Roland-Garros 2017: Simona Halep, consécration attendue

Roland-Garros 2017: Simona Halep, consécration attendue

Publié le , modifié le

Simona Halep (N.3) veut enfin conclure au plus haut niveau, ce samedi, en finale de Roland-Garros où elle part favorite contre la jeune lettone Jelena Ostapenko. La plus régulière des joueuses derrière Serena Williams depuis trois saisons possède les armes pour battre n’importe qui sur la surface ocre. Et elle vient de remporter deux succès probants contre Elina Svitolina (N.5) et Karolina Pliskova (N.2).

Finaliste malheureuse il y a trois ans face à Maria Sharapova, Simona Halep retrouve les honneurs du Central pour l’ultime rendez-vous de la quinzaine féminine après deux éliminations prématurées en 2015 (2e tour contre Mirjana Lucic) et 2016 (8e de finale face à Samantha Stosur).

Favorite contre Ostapenko

La Roumaine de 25 ans a tous les ingrédients pour s’imposer Porte d’Auteuil même devant l’intrépide Ostapenko et son jeu offensif à haut risque.

Elle ne risque pas d’être étranglée par la pression inhérente à un premier gros rendez-vous contrairement à sa jeune rivale slave qui découvrira tout le décorum du dernier jour. "Je pense que j’ai plus d’expérience que lors de ma finale de 2014, explique volontiers Simona Halep. Je joue plus intelligemment, je suis plus forte".

La plus complète ​sur terre

Demi-finaliste à Stuttgart, victorieuse à Madrid face à Kristina Mladenovic et finaliste à Rome contre Svitolina dans une finale où elle menait au score avant de se blesser à la cheville, la native de Constanta est prête à frapper fort et lourd des deux côtés pour empêcher sa future rivale de rentrer dans le court.

Et comme elle commettra forcément moins de fautes directes que sa jeune rivale grâce notamment à une couverture de terrain sans équivalent, Halep ne devrait pas laisser passer l’occasion d’un sacre en Grand Chelem après avoir tourné autour quelquefois : deux quarts à Melbourne, un quart et une demie à Wimbledon et un quart et une demie à Flushing. L’heure de la Roumaine a sonné, 39 ans après sa compatriote Viriginia Ruzici.