Rafael Nadal
Rafael Nadal | CHRISTOPHE SIMON / AFP

Roland-Garros 2017: Nadal asphyxie Thiem

Publié le , modifié le

Rafael Nadal (N.4) s’est qualifié ce vendredi pour sa 10e finale à Roland-Garros en éreintant Dominic Thiem (N.7) en un peu plus de deux heures et trois petits sets (6-3, 6-4, 6-0). L’Espagnol affrontera dimanche en finale le Suisse Stan Wawrinka, victorieux d’Andy Murray en cinq manches un peu plus tôt. Un choc de titans entre le nonuple vainqueur des Internationaux de France et le lauréat de l’édition 2015 qui a retrouvé son meilleur niveau.

Rafael Nadal est à une marche de la Decima ! Seul vainqueur à neuf reprises d’un même tournoi du Grand Chelem, l’Espagnol de 31 ans visera une incroyable passe de 10 ce dernier dimanche de Roland-Garros où il n’a jamais concédé la défaite. Pour arriver jusque-là, Nadal n’a lâché que 29 jeux en six matches : un total ahurissant jamais vu depuis l’imbattable Bjorn Borg de la fin des seventies (27 jeux perdus en 1978).

Invaincu à Roland quand il est au top

Le Suédois était alors l’ogre de la terre battue et peu de gens pouvaient imaginer qu’un jour un joueur parviendrait à engranger neuf sacres Porte d’Auteuil avec un dixième dans la ligne de mire. Le Majorquin affole les compteurs sur la surface ocre parisienne (78 victoires pour seulement deux échecs). Et encore était-il diminué lors de ces deux rencontres (huitième de finale en 2009 contre Soderling et quart en 2015 face à Djokovic).

Rafael Nadal vient surtout de remporter sa 22e demi-finale en Majeurs sur 25 et il n’a plus perdu à ce stade depuis l’US Open 2009 contre Del Potro. Un pourcentage extraordinaire de 88% de réussite ! Il devient le troisième joueur de l’histoire à atteindre dix fois la finale d’un même Grand Chelem après Bill Tilden à l’US Open dans les années 20 et Roger Federer à Wimbledon.

Thiem impuissant

Invaincu en finale de son tournoi fétiche, l’homme aux 14 levées majeures partira légèrement favori contre Stan Wawrinka, impressionnant face à Murray mais qui a dû puiser dans ses réserves (4h34 de combat intense).

Beaucoup pensaient que Nadal, qui n’avait passé aucun test probant pour rejoindre le dernier carré, rencontrerait quelques difficultés face à son tombeur de Rome, Dominic Thiem. Il n’en a rien été avec un Autrichien commettant trop de fautes notamment en coup droit pour rivaliser avec le Taureau de Manacor. En fait, après avoir concédé son service d’entrée, Nadal a cuit son rival à l’étouffé, ne le laissant jamais desserrer l’étreinte. Deux breaks ont permis à l’Espagnol de renverser le cours de la première manche (6-3).

Dans le deuxième acte, le roi de la terre a continué son travail de sape, faisant reculer son adversaire par des coups droits surpuissants et une science du jeu digne du vieux briscard qu’il est. Thiem a visité le court sans pouvoir inverser la tendance à cause d’un très gros nombre de fautes directes. Nadal a conclu le deuxième set à la volée (6-4) avant de s’envoler et de punir son rival décontenancé lors d’un troisième set digne d’un récital (6-0).