Jelena Ostapenko
La joie de Jelena Ostapenko après sa victoire en finale | ALEXEY FILIPPOV / SPUTNIK

Roland-Garros 2017 - Jelena Ostapenko : "Mon rêve se réalise"

Publié le

Vainqueur de Simona Halep en finale de Roland-Garros (4/6 6/4 6/3), Jelena Ostapenko avait du mal à réaliser la portée de son exploit en conférence de presse. Pourtant, la jeune Lettone (20 ans à peine) avait la lucidité de reconnaître qu'elle pouvait encore s'améliorer. Avec en vue, déjà, le prochain tournoi de Wimbledon...

Lors de la dernière conférence de presse, vous nous avez dit que vous aviez commencé à vous intéresser sérieusement au tennis lorsque vous aviez 15 ans. Pouvez-vous nous parler de vos débuts ? Qui vous a motivée ?
Jelena Ostapenko : En effet, ma maman était entraîneuse de tennis. J'ai toujours aimé le tennis. Je faisais également de la danse et à un moment, il a fallu que je choisisse. J'ai donné ma préférence au tennis et visiblement j'ai bien fait.

Cette première expérience en finale de Grand Chelem, devant un public aussi nombreux, était différent ou c'était juste un match normal ?
J.O : Je jouais pour la première fois face à une joueuse comme Simona Halep. J'étais menée 3-0 au deuxième set. J'ai décidé de finalement reprendre les choses en main.

Vous étiez menée comme vous l'avez dit 3-0, vous êtes en finale d'un tournoi du Grand Chelem. Quelles sensations cela vous procure-t-il ?
J.O : J'ai essayé d'en profiter en me battant sur chaque point.

Vous venez d'un pays où il n'y a pas d'histoire avec le tennis. C'est votre premier titre, ici, à Roland-Garros. C'est un peu comme Kuerten il y a quelques années. Quelles sont les similitudes entre sa carrière et la vôtre ?
J.O : Il y a des similitudes. Je suis née lorsqu'il remportait son premier Roland-Garros. Peut-être qu'il y a quelque chose dans les chiffres à regarder, je ne sais pas.

Pouvez-vous nous dire quelle émotion vous avez ressentie lorsque vous avez soulevé le trophée ? 
J.O : Beaucoup de bonheur d'avoir remporté ce trophée. J'ai du mal à y croire. Mon rêve se réalise. Je vais vraiment réaliser dans deux ou trois jours, voire dans quelques semaines.

Avez-vous toujours joué au tennis comme aujourd'hui, avec des coups rapides très engagés sur le terrain ?
J.O : Oui, j'ai toujours eu cette possibilité de pouvoir frapper fort. Je sais que lorsque j'ai une chance de pouvoir faire un coup, une balle, je la saisis.

C'est quelque chose que vous a appris votre mère ?
J.O : Non, c'est ainsi que je joue. C'est un peu ma personnalité. J'aime frapper fort.

Comment pensez-vous que vous serez accueillie, avec une grande parade peut-être, lorsque vous rentrerez chez vous ?
J.O : Je pense. Je ne sais pas. Je sais que le match a été retransmis en direct, donc c'est assez impressionnant. Je ne sais pas ce qu'il y aura à mon retour.

En quoi ce match va-t-il changer votre vie ?
J.O : Je suis très heureuse mais bon, il me reste encore des améliorations à apporter à mon jeu pour devenir une meilleure joueuse encore. Je vais continuer à jouer beaucoup, avec beaucoup d'assiduité. J'espère remporter d'autres titres et améliorer mon classement.

Vous étiez championne Juniors à Wimbledon. J'imagine que ce sera en pro maintenant. Pensiez-vous remporter Wimbledon en premier, si vous deviez remporter un tournoi du Grand Chelem ?
J.O : Je ne sais pas. J’ai aussi la possibilité de remporter Wimbledon. J'ai très envie d'y aller. Le gazon est ma surface de prédilection.

Vous avez indiqué que vous alliez continuer à travailler pour améliorer votre jeu. Devez-vous continuer à travailler votre tactique, notamment votre coup droit ?
J.O : Je peux effectivement améliorer mon service. J'ai fait un certain nombre de fautes directes. Là aussi, j'ai encore du travail à faire.

 

Julien Lamotte