Gaël Monfils
Le Français Gaël Monfils | AFP - Eric FEFERBERG

Roland-Garros 2017 - Gaël Monfils, l'inconstance au révélateur de Stan Wawrinka

Publié le , modifié le

A 30 ans, après 13 années de professionnalisme, Gaël Monfils s'est taillé une belle réputation de joueur inattendu. Avec seulement deux petits matches (et autant de défaites) sur terre battue avant d''arriver à Paris, le voilà en 8e de finale de Roland-Garros, pour la 7e fois en 11 participations. Face à Stan Wawrinka, l'un des grands favoris pour le titre, il peut encore renverser tous les pronostics.

"Comme on l’a souvent vu avec Gaël qui, quand il joue peu et qu'il arrive ici, se sent toujours très bien, il est toujours très dangereux." Stan Wawrinka, proche de Gaël Monfils, connaît bien son adversaire. Ils ne se sont affrontés que quatre fois, dont la dernière en 2011. Mais ils s'entraînent ensemble régulièrement. "Cela fait longtemps que je ne l'ai pas joué mais c'est toujours Stan, je le connais depuis longtemps", souligne le Français. "On s’est entraîné ensemble pendant longtemps. Nous sommes des amis." Sur le circuit, chacun est au courant de tout. L'effet "surprise" de Monfils est connu. Car dans sa carrière, le natif de Paris a accumulé les matches à rebondissements. L'amoureux de basket vit pratiquement une carrière pleine de rebonds.

Cette année, blessé, il n'a pu disputer que deux tournois sur terre battue pour préparer les Internationaux de France. C'est très peu. D'autant plus qu'il n'a pas gagné un seul match. Battu au 1er tour à Munich par le Coréen Hyeon Chung, 78e mondial, et à Madrid par Gilles Simon, il n'a pas pu accumuler de confiance. Il n'en a cure. Contrairement à la majorité des joueurs, il n'a pas besoin de beaucoup jouer pour briller. En 2009, il avait été éliminé au 1er tour à Monte-Carlo (son seul tournoi de préparation), ce qui ne l'avais pas empêché d'atteindre les quarts de finale à Paris (battu par Roger Federer) après avoir éliminé Andy Roddick, alors 6e mondial. En 2014, il n'avait disputé que deux tournois (Monte-Carlo et Bucarest), avec quatre victoires à la clé. A l'arrivée, un quarts de finale à Roland-Garros, dominé par Andy Murray.

Aucun match facile avec Monfils

Désormais en 8e de finale, Gaël Monfils a renoué avec le rythme de la compétition, et la confiance des victoires. Sans trop se fatiguer, notamment après l'abandon de Richard Gasquet face à lui dimanche. Mais cela ne lui offre aucune garantie. Car au sein d'un match, le Parisien est capable des plus grandes montagnes russes. Cette année, lors de sa défaite à Madrid contre Gilles Simon, il a remporté le 1er set 6-0, avant de perdre le deuxième 6-0 et le 3e 7-6. Quelques semaines avant, à Indian Wells, il avait concédé la 1re manche 6-3 contre le modeste joueur des Barbades Darlan King, 131e mondial, avant de remporter les deux autres en n'abandonnant qu'un jeu (6-0, 6-1). 

A Roland-Garros aussi, le joueur français a fait dans l'inattendu. En 2010, contre Fabio Fognini, il menait deux sets à zéro, et a eu un break d'avance puis deux breaks d'avance dans les 3e et 4e sets, pour finalement être éliminé 9-7 au 5e set. Quatre ans après, face à ce même Italien, il avait encaissé un 6-0 au 4e set, pour prendre sa revanche sur un 5e set raflé 6-2. Et en 2015, contre Pablo Cuevas, il menait deux sets à un, et avait un double break (4-1) mais Monfils avait été contraint d'aller jusqu'au 5e (6-3) pour passer l'obstacle. 

Bref, Stan Wawrinka sait qu'il doit s'attendre à tout face à Gaël Monfils​, jusqu'à le dernier coup de raquette du dernier échange.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze