Rafael Nadal, Roland-Garros, 2017
Le joueur espagnol Rafael Nadal | DPPI - STEPHANE ALLAMAND

Roland-Garros 2017 - En sortant Benoît Paire, Rafael Nadal confirme son statut de bourreau des Bleus

Publié le , modifié le

Rafael Nadal a éliminé Benoît Paire. L'Avignonnais est la septième victime tricolore du Majorquin Porte d'Auteuil. La liste des victimes débutée pa Richard Gasquet en 2005 s'allonge. Retour sur un rapport de force qui tourne de plus en plus au complexe d'infériorité.

2005

Richard Gasquet battu au 3e tour (6-4, 6-3, 6-2)

C’est la troisième confrontation entre les deux hommes, la première en Grand Chelem. Quelques semaines avant, les deux jeunes hommes livrent une superbe bataille en demi-finale de Monte-Carlo. L’Espagnol l’avait emporté en trois sets 6-7, 6-4, 6-3. Jamais le Français n’a autant gêné le Majorquin, qui a remporté leurs 14 confrontations dont celle à Roland. Au troisième tour à Paris, Nadal va infliger une correction à son grand rival dans les catégories jeunes. Les courbes se croisent définitivement. Nadal file vers son premier sacre à Roland-Garros. La suite de sa carrière est exceptionnelle : 14 titres du Grand Chelem, un titre olympique, 30 Masters 1000, 4 Coupe Davis, 72 titres. Gasquet, lui, en compte 14, mais seulement des mineurs. Bref, Gasquet ne fait plus le poids face à Nadal et à Roland, il ne l’a pas fait non plus. "C'était vachement dur, il faisait hyper-chaud, et j'ai fait le maximum", a commenté Gasquet à l'époque, Bravo à Rafael, il a été exceptionnel aujourd'hui."

Ce qu'en a dit Gasquet : "C’est déjà pas mal d’être comparé à Nadal, non ?! Plus sérieusement, j’ai tout fait et je fais tout pour gagner, mais le tennis ne laisse pas de place au hasard. Il est plus fort, physiquement c’est une bête. Les faits sont là. J’aimerais faire mieux, qui ne le voudrait pas ?"

Sébastien Grosjean battu en 8e (6-4, 3-6, 6-0, 6-3)

Après Gasquet, Rafael Nadal croise la route d’un autre Français Sebastien Grosjean. A l’époque, Grosjean est 24e joueur mondial. C’est la première fois que les deux hommes s’affrontent. Après avoir battu Gasquet, Nadal continue son apprentissage du difficile public parisien et du climat capricieux de la Porte d’Auteuil. Dans la deuxième manche, une balle faute de Nadal est jouée machinalement par le Français qui s’immobilise et réclame le point. Il indique à l’arbitre la marque et l’exhorte à descendre de sa chaise. Celui-ci refuse. C’est l’erreur de la quinzaine et pendant près de 10 minutes, le public siffle. Une bronca descend des tribunes. Le match reprendra puis sera interrompu par la pluie alors que Nadal mène 3-0 dans la troisième manche. Le lendemain, Grosjean manque deux balles de break au début de la quatrième. Il a laissé passer sa chance. "Je crois que le public a trouvé l'occasion de faire le deuil de la défaite de Gasquet", déclarera Nadal après sa victoire.

Ce qu'en a dit Grosjean : "Avec sa patte gauche, sa force mentale et une détermination folle, il était difficile à déborder et bougeait déjà extrêmement bien. Il frappait peut-être moins fort que par la suite mais mettait beaucoup d’effet dans ses balles. Il était déjà tellement fort et confiant à l’échange qu’il ne voulait jouer que des points. Rafael Nadal est quelqu’un qui aime le combat. Il adorait déjà ça."

2006

Paul-Henri Mathieu battu au 3e tour (5-7, 6-4, 6-4, 6-4, 6-4)

Un choc, un vrai ! Une bagarre où chaque joueur s’est rendu coup pour coup. Rafael Nadal revient à Paris en tenant du titre. Il sort d’une saison parfaite sur terre battue avec 17 victoires et 0 défaite (titre à Monte-Carlo, Barcelone et Rome), mais au troisième tour, va être malmené par un jeune Français complètement décomplexé. Paul-Henri Mathieu, 32e joueur mondial à l’époque, tape dans tout ce qui bouge, colle à la ligne et fait trembler le Taureau de Manacor. On a vu ce jour-là des scènes rarement vues à Roland : un Nadal dubitatif, hagard, les mains sur les hanches et impuissant face à un PHM en feu. Finalement, Nadal, au courage, s’en sortira en quatre sets en quasiment 5 heures de jeu. PHM est encore le dernier Français à avoir pris un set à Nadal Porte d'Auteuil.

Ce qu’en a dit 'PHM' : "C’était un match très intense pour moi, mais pour lui aussi, j’imagine. Il était crevé à la fin, c’est vrai. De toute façon, contre lui, sur terre battue, on est obligé de mettre énormément d’intensité. Tous les points étaient accrochés. Sur les plans psychologique et physique, j’étais à 200%. Des regrets ? Non pas vraiment… J’ai perdu en quatre sets, je ne menais qu’une manche à zéro… Disons que je n’étais pas à quelques points de la victoire, même si les sets étaient accrochés".

2008

Nicolas Devilder battu au 2e tour (6-4, 6-0, 6-1)

Qui se souvient de Nicolas Devilder ? Issu des qualifications, le 148e joueur mondial en ce mois de mai 2008, s’offre le droit, en passant un tour, de défier l’ogre majorquin, alors triple tenant du titre. A 28 ans, c’est son moment de gloire Porte d’Auteuil. Alors sans entraîneur fixe, il savoure le soutien du public et regarde avec des grands yeux, plein d’admiration, son adversaire de 22 ans et déjà si grand. A 4 partout dans la première manche, il rate une balle de break. C’est le tournant du match, il ne s’en relèvera pas. Rafael Nadal remporte 14 des 15 jeux suivants. Cette année à Roland, Nadal était tout simplement injouable. Roger Federer, laminé en finale – il n’inscrira que quatre jeux - , ne dira pas le contraire.

Ce qu’en a dit Devilder : "Les jeux défilaient. Je regardais autour de moi, je voyais ce grand court, Nadal et son bandeau qui faisait rebondir sa balle. Je me disais, c'est "sympa", mais en fait c'était dangereux. Le score est un peu sévère par rapport aux échanges produits, mais il ne fait pas une faute. C'est comme de taper contre un mur..."

2010

Gianni Mina battu au 1er tour (6-2, 6-2, 6-2)

En 2010, Gianni Mina est la nouvelle sensation du tennis français. Celui qui ressemble à Gaël Monfils bénéficie d’une wild-card. Il a 18 ans et affronte le quadruple vainqueur, qui crie vengeance après son titre perdu en 2009. Le 655e joueur mondial va bien tenter de faire admirer son coup de raquette mais le Majorquin est trop fort. Surtout beaucoup plus solide dans les moments chauds – il sauvera neuf balles de break -. A la fin de la quinzaine, Nadal soulèvera une cinquième fois la Coupe des Mousquetaires. Il vise une dixième sept ans plus tard, Mina, lui, est 353e joueur mondial et dispute des Futures.

Ce qu’en a dit Mina : "Je suis content, j’ai bien résisté, c’était un beau combat de fond. J’ai eu pas mal de balles de break que je n’ai pas pu concrétiser. J’ai pris beaucoup de plaisir, c’était énorme, tous ces gens qui scandaient mon nom. En plus, Rafa est un des joueurs que j’apprécie le plus".

2015

Quentin Halys battu au 1er tour (6-3, 6-3, 6-4)

En 2015, Rafael Nadal, tenant du titre, débute Roland-Garros face à Quentin Halys, 296e joueur mondial. Une nouvelle fois, Nadal se jauge face à une wild-card, mais en 2015, il n’est plus l’ogre de la terre qu’il a été. Il est arrivé à Roland sans le moindre titre sur terre battue, une première. Mais face à un jeune de 18 ans, il a quand même suffisamment de marge pour ne pas trembler. Mais il aura tout de même des encouragements pour le Français : "Il joue le style qui est l'avenir du tennis. Il a un gros service, il essaie de frapper des coups gagnants de partout. Ce n'est pas facile de jouer son premier match sur le Central de Roland-Garros. Il a bien joué", a déclaré le Majorquin au sujet d'Halys après la rencontre.

Ce qu’en a dit Halys : "J’ai fait mon match, j’ai essayé de ne pas me focaliser sur lui, mais il a fait très peu de fautes. Il a fait ce qu’il a l’habitude de faire, mais j’ai eu l’impression qu’il y a eu match à un moment donné donc je suis fier. Il rate très peu, retourne tout, on ne peut pas se reposer. C’était une chance de jouer Nadal sur ce Central".

2017

Benoît Paire battu au 1er tour (6-1, 6-4, 6-1)

Le fantasque Benoît Paire était le septième à tenter sa chance à Roland face au roi Nadal. Mais lui aussi à échouer malgré de bons passages dans le deuxième set où il a mené 3-1 et a eu l’occasion de breaker pour mener 5-3. Finalement, Nadal s’en est sorti en moins de deux heures. Très bon au service, avec un coup droit qui ressemble quasiment à celui qui sortait de sa raquette à ses plus belles heures, Nadal en est désormais à 26 victoires de suite sur terre battue face aux Français. Le dernier vainqueur tricolore ? Olivier Mutis en 2004 à Palerme.

Lire aussi : Rafael Nadal sans pitié pour Benoît Paire

Ce qu’en a dit Paire : "Dès que je joue contre Rafa, je ne sais pas si c'est sa balle qui est plus lourde, mais il est vrai que je ne fais pas des bons matchs (…) Il est hors norme. Il a une vitesse de déplacement et une défense incroyable. Il arrive à frapper fort la balle".