Rafael Nadal - Roland-Garros 2005
Rafael Nadal, devant une horde de photographes à Roland-Garros 2005 | AFP - JACQUES DEMARTHON

Roland-Garros 2015 - Nadal, 10 ans en 10 matchs : 2005, la révélation

Publié le , modifié le

Il y a dix ans, Rafael Nadal explosait sur la scène mondiale en décrochant son premier titre du Grand Chelem, quelques jours après avoir fêté ses 19 ans. Sur cette décennie, il a régné sur l’ocre de la Porte d’Auteuil comme personne avant lui. Retour sur ces dix saisons qui l’ont mené vers la légende en commençant par son premier triomphe, en 2005.

Tour : Finale
Adversaire : Mariano Puerta, (ARG, 37e mondial) 
Score : 6-7, 6-3, 6-1, 7-5

Le contexte : Numéro 5 mondial au tirage au sort du Tournoi, Rafael Nadal est en pleine progression depuis un an. Il vient de remporter coup sur coup les tournois de Monte Carlo, Barcelone et Rome, et arrive dans la peau du parfait outsider sur terre-battue.

Le match : Sans se laisser atteindre par la pression, Nadal va enchaîner les tours et ne perdre que trois sets pour rafler le titre. Après avoir éliminé Roger Federer (N.1 mondial d’alors) en quatre sets, il retrouve en finale l’étonnant Mariano Puerta, 37e mondial. Un Argentin gaucher de 26 ans, au revers à une main et au service inimitable. Le premier set est perdu par Rafa dans un tie-break au couteau (8/6). Les deux sets suivants sont des formalités pour Nadal. Il faut attendre la quatrième manche pour que le match verse dans la folie. Alors qu’il est mené deux manches à une, Puerta tente le tout pour le tout. Il breake le premier d’entrée et est au service à 5-4 (40-15) pour revenir à deux manches partout. La première balle de set est sauvée par Rafa au terme d’une défense héroïque. Sur sa deuxième opportunité, Puerta se jette au filet mais sa volée plongeante reste dans la bande. Rafa conclura l’affaire quelques minutes plus tard pour décrocher son premier sacre.

Pourquoi c’est exceptionnel : Parce que remporter Roland-Garros pour sa première participation n’est pas commun. Le dernier à l’avoir fait était le Suédois Mats Wilander en 1982… Parce qu’avec cette victoire, la morale est sauve. Au soir de cette finale Puerta sera contrôlé positif à l’étiléfrine, pour la seconde fois de sa carrière.

Ce qu’en pense Rafa : "Je me battais et je courais comme si je pouvais me battre et courir sans m’arrêter pendant deux jours. Puerta jouait bien, et il avait joué mieux que moi pendant de longues séquences du match. Les émotions qui me traversaient étaient indescriptibles. Au moment de la victoire, je me suis tourné vers ma famille et j’ai vu qu’ils perdaient la boule".

(*) Extrait tiré de sa biographie, Rafa – par John Carlin.

La Saga complète :

2012 - 48h pour triompher de Djokovic
2011 - Isner fait vaciller l'ogre
2010 - Le retour de l'extra-terrien
2009 - Tremblement de terre signé Söderling
2008 - La fessée de Federer
2007 - Quand Rafa rejoint Guga
2006 - Bras de fer mythique face à PHM