Rafael Nadal - Roland-Garros 2011
Rafael Nadal | AFP - ALEXEY KUDENKO / RIA NOVOSTI

Roland-Garros 2015 : 8 choses qui vont vous surprendre sur Rafael Nadal

Publié le , modifié le

Ils font partie du paysage tennistique depuis dix ans ou plus. Pourtant, ces champions ont encore quelques mystères à vous dévoiler. Aujourd’hui, c'est Rafael Nadal - neuf fois vainqueur à Paris - qui passe à la loupe !

1. C’est un grand peureux. Difficile à imaginer quand on a l’habitude de le voir arriver sur le court, bondissant et dominateur. Mais dans le privé, Rafael Nadal est quelqu’un de facilement impressionnable. Il craint l’orage, l’obscurité (s’endort avec la télé allumée) et ne se baigne jamais trop loin du bord. Ses amis se moquent aussi souvent de lui car il conduit comme une grand-mère ! « Être tout seul chez moi le soir me rend très nerveux. Je n'arrive pas à dormir dans mon lit. Alors, je dors sur le canapé, la télé et toutes les lumières allumées. Je ne suis pas bien courageux face aux choses de la vie. Au tennis, oui mais dans tout le reste, non."

2. Il a commencé le tennis en jouant des deux mains. Et contrairement à ce qui est parfois lu, ce n’est pas son oncle Toni qui l’a forcé à jouer de la main gauche. Mais lorsque ce dernier lui a demandé avec quel bras il se sentait le plus à l’aise pour apprendre à jouer à une main, c’est le gauche qui est venu naturellement. A noter que s’il effectue toutes les tâches courantes de la vie de la main droite, il joue au foot du pied gauche.

3. Son oncle était un joueur du Barça. De 1991 à 1999, Miguel Angel Nadal a porté les couleurs des Blaugrana. Soit 208 matchs et cinq titres de champion d’Espagne. Il est donc le frère de l’entraîneur de Rafa, Toni….

4. … Ce qui n’empêche pas Rafa de supporter le Real Madrid. Grand fan des Merengue, Rafael Nadal est devenu plus actif auprès du club début 2015. Il aurait même joué un rôle important dans la signature de Marco Asensio

5. Sa série préférée est… Dragon Ball ! Et l’Espagnol ne manque jamais une occasion de la regarder. En 2012, alors que sa finale face à Novak Djokovic avait été interrompue par la pluie, il avait confié après le match avoir regardé un épisode du célèbre manga pour s’endormir. Je me suis ensuite couché vers minuit et j'ai regardé Sangoku (Dragon Ball Z) avant de m'endormir. C'est mon dessin animé préféré, même si je l’ai vu deux ou trois fois, je l'ai revu et j'ai bien dormi."

6. Il n’a jamais cassé une raquette de sa carrière, contrairement à Federer, Djokovic… ou tous les autres ! « Quand j'étais petit, mon oncle me disait : "Si tu jettes ta raquette, j'arrête de t'entraîner." Il m'expliquait que je devais traiter ma raquette avec respect parce qu'en Afrique, beaucoup de gens très pauvres adoreraient avoir une raquette comme la mienne. Si je rate un coup, c'est de ma faute et pas celle d'un objet. »

7. Carlos Moya comme mentor. Nés à Majorque tous les deux, Carlos Moya (vainqueur de Roland-Garros 1998 et numéro 1 mondial) et Rafael Nadal ont longtemps travaillé ensemble. Durant les dernières saisons de sa carrière, Moya a permis à Nadal de s’entraîner quotidiennement avec l’un des meilleurs joueurs au monde.

8. A 14 ans, il bat Pat Cash. L’Australien, vainqueur de Wimbledon 1987, était alors âgé de 36 ans en 2001. Alors qu’il doit affronter Boris Becker pour un match d’exhibition, ce dernier se blesse et ne peut pas tenir son rang. Au débotté, on lui propose Rafael Nadal, tout récent vainqueur du Tournoi des Petits As. L’Espagnol ne fait qu’une bouchée de son adversaire.

Vincent Fossiez @VincentFossiez