Stan Wawrinka
Stan Wawrinka en extension | AFP

Roland-Garros 2017 : Wawrinka fait craquer Murray

Publié le , modifié le

Un an après avoir été sorti par Andy Murray en demi-finale de Roland-Garros, Stan Wawrinka s’est cette fois imposé au terme d’un match remarquable remporté en cinq manches (6-7, 6-3, 5-7, 7-6, 6-1) en 4h34. Le Suisse, lauréat en 2015, a dû batailler face à un redoutable défenseur et atteint ainsi la finale des Internationaux de France pour la deuxième fois. Pour soulever une nouvelle fois le trophée, il devra battre dimanche le vainqueur du choc opposant Rafael Nadal à Dominic Thiem.

Entre un Andy Murray diminué en début de saison par une blessure au coude et un Stan Wawrinka peu en verve sur terre battue hormis son titre à Genève, il était bien difficile de prévoir une telle affiche en demi-finales. Force est de constater que les deux hommes sont loin d’avoir volé leur présence dans le dernier carré et malgré un Chatrier loin d’être plein lors de leur entrée sur le court, le public ne s’y trompait pas en ovationnant les deux hommes.

Murray, le patient éco​ssais

Avec trois titres en Grand Chelem chacun, il ne fallait pas s’attendre à autre chose qu’à un énorme combat. Conscient qu’il était passé tout près de ce premier set, le Suisse retroussait de nouveau ses manches, en tentant cette fois de commettre moins de fautes directes. Contraint d’une prise de risques maximale face au N.1 mondial, Wawrinka jouait constamment sur le fil et Murray, plus patient, parvenait à faire déjouer son adversaire. « Let’s go ! », lâchait ainsi le Britannique, tout content de mener 3-2 malgré une balle de break.

Wawrinka mène 3-0 puis craque

Reparti sur de bonnes bases, et ayant bien assimilé les erreurs commises dans le premier set, Wawrinka reprenait totalement confiance et commettait beaucoup moins d’erreurs, tout le contraire du natif de Dunblane. Déstabilisé par le jeu aussi puissant que précis du Suisse, Murray se devait e changer de stratégie, mais enchaînait les fautes directes et se voyait mener 3-0 dès l’entame de la troisième manche. Capable du meilleur comme du pire, le N.1 mondial s’accrochait et se battait sur chaque point, pour égaliser finalement à 4-4 devant des spectateurs conquis. Malgré deux balles de break, Murray retombait dans ses travers, puis, comme dans le premier set, c’était au tour de Wawrinka de jouer « petit bras ». Et comme dans le premier set, c’était finalement le Britannique qui avait le dernier mot (7-5), après avoir pourtant été mené 3-0 !

Sous pression, le Suisse semblait plus fébrile que son adversaire. Mais à 32 ans, celui qui peut se targuer d’être le plus vieux demi-finaliste à Roland-Garros depuis Jimmy Connors en 1985, ne lâchait pas prise pour autant. De nouveau bousculé sur son service, il demandait au public de s’enflammer ce qui n’était pas bien difficile devant un tel spectacle. Les deux joueurs se rendaient en effet coup pour coup, entre amorties, passings, revers long de ligne, tout y passait ! Et comme dans le premier set, les deux acteurs devaient disputer un nouveau tie-break. Mais cette fois, le Suisse s’en sortait.

Wawrinka plus frais

Passé par tous les états lors de cette rencontre, Wawrinka sentait que le vent avait définitivement tourné en sa faveur. Plus frais physiquement qu’un adversaire qui avait passé plus de trois heures en plus sur les courts, il prenait d’emblée le service adverse à deux reprises pour assommer l’Ecossais (3-0). Le Suisse tenait le bon bout, distribuait les coups et enfonçait un peu plus le N.1 mondial. Marqué physiquement, ce dernier multipliait les fautes directes et sombrait totalement (6-1). L’an passé au même stade de la compétition, Murray s’en était sorti en quatre manches. L’histoire en a donc décidé autrement et c’est bien le Suisse qui devient le 20e joueur de l’histoire de l’ère Open à atteindre la finale plus d’une fois.

Romain Bonte