Roger Federer et Stan Wawrinka qualifiés mais en colère

Roger Federer et Stan Wawrinka qualifiés mais en colère

Publié le , modifié le

La journée des deux leaders du tennis suisse, Roger Federer et Stan Wawrinka, a été plutôt calme face à leur adversaire respectif. Deux qualifications pour le 2e tour facilement acquises en trois manches auraient pu leur offrir une très belle journée. Mais l'ancien N.1 mondial a été la proie d'un chasseur de photos sur le court Central même, tandis que le N.8 mondial avait lu un article sur le site officiel qu'il avait peu apprécié. Et les deux hommes n'ont pas fait dans la demi-mesure à l'heure d'exposer leur mécontentement. Les organisateurs ont présenté leurs excuses dans les deux cas.

"Je ne suis pas content, c'est vrai, de ce genre de comportement." Si poli, si policé même habituellement, Roger Federer n'est pas le genre à tenir des discours aussi fermes en conférence de presse à la fin d'un match. Stan Wawrinka est moins lisse, mais c'est également rare de l'entendre aussi mécontent: "Je pense que l'organisation du tournoi n'a pas pris une bonne décision en publiant cet article qui est un véritable torchon."

Vidéo: L'irruption d'un spectateur devant Roger Federer

Pour les organisateurs des Internationaux de France, cette première journée est donc plutôt rude. L'irruption d'un enfant sur le court Central à l'issue de sa rencontre, sans que le service d'ordre ne s'interpose, voilà l'origine du courroux de Roger Federer. "Aujourd'hui, sur le court central, le Chatrier, on pourrait penser que personne ne peut entrer", regrettait amèrement le Suisse. "Cependant, cela arrive. (...) Cela ne me satisfait pas du tout. Mais rien ne s'est passé, cela me soulage. Ce n'est pas le genre de situation agréable. Il y a déjà quelqu'un qui est venu s'excuser de l'organisation. J'ai dit ce que je pensais de cela."

Pour "Stan", c'est un article publié sur le site officiel du tournoi, évoquant sa vie privée pour expliquer ses résultats maussades, qui a mis le feu aux poudres. "Un article stupide est paru hier sur le site officiel d'un site du Grand Chelem", a-t-il raconté en conférence de presse. "J'espère que la personne n'est pas un journaliste. J’espère que la personne qui contrôle la véracité des faits ne travaille plus pour le tournoi. C'est un site Web d'un grand tournoi. On devrait uniquement parler de tennis et pas de vie privée. Je n'étais pas très content de cela. Je pense que l'organisation du tournoi n'a pas pris une bonne décision en publiant cet article qui est un véritable torchon."

Gilbert Ysern plaide coupable

Gilbert Ysern, directeur du tournoi, est venu en conférence de presse pour réagir: "Il avait toutes les raisons d'être mécontent", a-t-il dit au sujet du N.2 mondial. "Lorsqu'on organise de tels événements, lorsque cela arrive, cela nous montre qu'en fait, nous, ensemble, l'organisation, nous avons fait une erreur. C'est à nous de corriger cela pour que cela n'arrive pas à nouveau. A l'heure où nous parlons, il n'y a pas de raison de changer les procédures. Elles sont déjà organisées. En tout cas, les gens de la sécurité qui étaient sur le terrain n'ont pas fait le travail qu'ils auraient dû faire. C'est le moins que nous puissions dire. La réaction de la sécurité, des gars de la sécurité, cela aurait dû être immédiat. Cela n'a pas été le cas. Ce n'est pas acceptable, c'est vrai."

Quant à l'autre affaire du jour, Gilbert Ysern a insisté: "Personne n'est parfait. On aspire tous à l'excès l'excellence. Excellence ne veut pas dire perfection. A un moment, on peut passer à côté. Hier, un papier a été rédigé par un journaliste qui n'était pas approprié, c'est le moins qu'on puisse dire. Les personnes en charge de la relecture sont passées à travers. Cela arrive d'autres fois. On est passé à côté. On a rattrapé l'erreur dès qu’on a pu. On n'est pas infaillibles."

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze