Maxime Hamou
Le Français Maxime Hamou à Roland-Garros | MAXPPP - IP3 PRESS - PHILIPPE LECOEUR

Qualifications de Roland-Garros - Jour 2: Hamou passe, Hemery battu, tous les faits marquants

Publié le , modifié le

La 2e journée des qualifications de Roland-Garros a permis au tableau féminin de débuter. Côté français, ils sont 9 en lice. Le premier Français du jour à franchir l'obstacle, c'est Maxime Hamou, 282e mondial, vainqueur de l'Espagnol Adrian Menendez-Maceiras (150e) 7-5, 6-2. La première Française, ça a été Jessika Ponchet, suivie de Razzano et Albie. Sur les 5 Bleues engagées, trois sont donc passées.

La plus logique: Sara Errani

Ancienne finaliste ici-même en 2012, Sara Errani doit repasser par la case qualifications. 91e mondiale, elle a tout de même le statut privilégié de tête de série N.1. Et face à une autre Sara, Cakarevic, Française de nationalité, elle a fait simple pour gagner sa place au 2e tour. La 502e mondiale n'a inscrit qu'un jeu, pour s'incliner en bataillant en fin de match 6-1, 6-0.

Le plus entouré: Maxime Hamou

Un court N.17 plein à craquer, les amis fidèles au poste, Maxime Hamou a fait un carton pour son 1er tour. Opposé à l'Espagnol Menendez-Maceiras, 150e mondial, le Français a remporté une belle victoire, et s'est assuré du soutien populaire. Les enfants, très nombreux autour du terrain, menaient l'assaut pour des selfies et des autographes. Les amis voulaient tous le féliciter, sur le chemin des vestiaires. "C'est beaucoup de plaisir", souriait-il. "J'ai fait un gros match, face à un joueur qui était plus fort que moi sur le papier. Mais son jeu me convenait bien." Eliminé au 1er tour du tableau final en 2015, au 1er tour des qualifs en 2016, il remporte son premier match à Roland-Garros. Le voilà au 2e tour.

La première Française sortie: Manon Arcangioli

Pour l'entrée en lice du tableau féminin dans ces qualifications, Manon Arcangioli n'a pas ouvert le compteur tricolore de manière positive. Opposée à la Canadienne Françoise Abanda, 191e mondiale, la 397e à la WTA n'a pas fait illusion. Elle s'incline 6-3, 6-2, et devient ainsi la première joueuse française éliminée dans le tournoi.

La première Française qualifiée: Jessika Ponchet

A 20 ans, pour sa première participation aux qualifications de Roland-Garros, face à une joueuse classée presque 300 places devant elle, Jessika Ponchet a remporté une superbe victoire. Trois manches d'un énorme combat, pour la délivrance et une nouvelle page d'une très belle histoire de famille.

Le plus frustré: Calvin Hemery

Comment perdre un set lorsqu'on mène 5-3 et qu'on domine son adversaire ? Cette question, Calvin Hemery doit se la poser. Car le Français de 22 ans a réalisé un début de match idéal contre l'Italien Alessandro Gianessi, 108e mondial et tête de série N.10 de ces qualifications. 269e mondial, il a mené 5-3, mais n'a pas su conclure cette première manche, qui aurait probablement tout changer. Frustré, énervé par ces erreurs grossières, comme ce smash facile dans le filet ou cette volée haute de revers dans le couloir, qui auraient à chaque fois pu le remettre devant à 5-5, il a lancé sa raquette, crié... Rieen n'y a fait. Finalement, après avoir sauvé quatre balles de match, Hemery s'incline sur la 5e, 7-5, 6-3, face à un gaucher très accrocheur. Et parler de sa performance semblait au-dessus de ses forces.

Le plus disputé: Tristan Lamasine

Hier, le Français Gleb Sakharov avait remporté le match le plus long de la journée, en 2h51. Aujourd'hui, Tristan Lamasine a perdu le match le plus long de la journée, dans un quasi copier-coller: 2h50. Le 128e mondial, qui avait pris le 1er set contre le Slovaque Kavcic (116e), avait pourtant débreaké pour recoller à 5-5 dans le 2e set, ce qu'il avait de nouveau fait au début du 3e set, pour égaliser à (2-2). A l'arrivée, il s'incline 6-7 (5/7), 7-6, 6-4. Avec plein de regrets, et sans un mot. 

La plus persévérante: Virginie Razzano

Pour son 19e Roland-Garros consécutif, Virginie Razzano n'a pas raté son début de quinzaine, un peu plus tôt que d'habitude. Lors du 1er tour des qualifications, elle a sorti le grand jeu contre la tête de série N.21 du tournoi, Dalila Jakupovic, 2-6, 6-3, 6-3 en 2h12 de combat. Elle poursuit donc sa route.

Le plus habitué: Jonathan Eysseric

Sans victoire depuis un tournoi Futur en Espagne fin mars, Jonathan Eysseric a enchaîné une 6e défaite de rang, lors de ce 1er tour des qualifications. 273e mondial, il était opposé à l'Italien Matteo Donati, 226e mondial à l'ATP. Pour son 6e passage par les qualifs à Paris dans sa carrière, le Français de 26 ans a enregistré sa 4e élimination au 1er tour, sur le score de 6-4, 6-3. Sans confiance, difficile pour le gaucher de s'en sortir. 

La plus à suivre: Beatriz ​Haddad Maia

Elle n'a que 20 ans, mais ces qualifications de Roland-Garros pourraient bien la mettre dans la lumière. Beatriz Haddad Maia est Brésilienne, et pointe au 103e rang mondial. Voici quelques jours, à Prague, elle était sortie du tableau des qualifications à Prague, avant d'éliminer ensuite McHale (45e mondiale) et Stosur (19e) en deux manches, pour finalement échouer contre Pliskova en trois sets en quarts de finale. Pour ses premières qualifications à Paris, elle a passé le 1er tour aux dépens de l'Espagnole Soler Espinosa (146e) 6-4, 6-3. Et si, pour l'année où l'affiche des Internationaux de France a été réalisée par l'artiste brésilien Vik Muniz, un (ou une) compatriote se faisait un nom...

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze