Le Français Corentin Denolly

Qualifications de Roland-Garros: Encore une pluie de défaites côté français, mais un heureux

Publié le

La 2e journée du tournoi de qualifications de Roland-Garros n'a pas été une franche réussite pour les joueurs français. Après les 9 éliminations de lundi, deux autres sont venues s'ajouter (Stéphane Robert et Furness) chez les garçons. Pour l'entrée en lice des filles ce jour, trois sont allées au tapis, les deux autres en lice n'ayant pas pu finir ou simplement disputer leur match, en raison des orages qui ont sévi en fin de journée. Retour sur une journée maussade.

"Les années se suivent mais ne se ressemblent pas." Stéphane Robert aime philosopher, sur ses matches ou sur la vie de tennisman en général. Ce mardi, il était le premier Français sur le pont. Face au 170e mondial, Ernests Gulbis, ancien 10e joueur du monde et demi-finaliste ici-même en 2014 après avoir éliminé Roger Federer ou Tomas Berdych, avant de chuter contre Djokovic. Un gros morceau, capable du pire et du meilleur.

Sous le soleil, sur le nouveau court N.18 qui peut à tout moment devenir un volcan si le match le permet, le Français a eu deux balles de set au 1er set. Mais le Letton les a effacées pour ensuite s'imposer 7-5, 6-4, non sans avoir effacé deux autres balles de débreak à 5-4 dans le 2 set. "Je ne suis pas déçu, je perds des matches toutes les semaines", assénait-il en marchant pour subir un contrôle antidopage. "En ce moment, je n'en gagne pas beaucoup". Ecumant le circuit secondaire, il peine en effet à trouver de la continuité dans ses résultats. Lui qui avait éliminé Tomas Berdych ou Kevin Anderson dans le tableau principal à Paris, ne verra pas le 2e tour des qualifications. C'est aussi le cas d'Evan Furness (457e mondial), dominé par le Serbe Pedja Krstin (247e mondial) 6-3, 6-1.

Denolly imite Muller, Albie bien partie

Le seul sourire tricolore, c'est celui de Corentin Denolly. A 20 ans, le 447e à l'ATP a pris le dessus sur l'Australien John-Patrick Smith, 197e mondial 6-3, 4-6, 6-4. A la sortie du terrain casquette à l'envers, il savourait: "Hier, j'ai vu mon pote Alexandre Muller (21 ans) gagner, et j'ai essayé de faire comme lui. J'ai essayé de profiter au maximum." Le court N.7, tout nouveau tout beau avec ses tribunes en dur désormais et ses 1500 places, l'ont bien soutenu. "Cela fait un moment que j'attends un déclic. Je sais que j'ai le niveau de jeu, mais je ne le tiens pas toute l'année." Il devient ainsi le 4e Français à se qualifier pour le 2e tour, après Lestienne, Muller et Blancaneaux. Sur 16 au départ, cela fait peu.

Chez les filles, cette 1re journée de compétition n'a pas offert de miracle. Manon Arcangioli, Tessah Andrianjafitrimo, Sara Cakarevic ont toutes trois été sorties. En revanche, Audrey Albié était bien partie pour se qualifier lorsque l'orage a déversé des tonnes d'eau sur les courts de la Porte-d'Auteuil. Les bâches ont conclu la journée sur son avantage de 3-0 dans le 3e set. A confirmer demain, alors que sa compatriote Diane Parry n'a même pas eu débuter sa rencontre. Tout comme Eugénie Bouchard, ancienne demi-finaliste, qui attendait que Francesca Schiavone, lauréate en 2010, ne termine le sien. La Transalpine avait perdu la 2e manche et commençait le 3e set lorsque les intempéries ont fait des leurs.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze