Novak Djokovic poursuit son petit bonhomme de chemin

Novak Djokovic poursuit son petit bonhomme de chemin

Publié le , modifié le

Il n’y a pas eu de surprise sur le Suzanne-Lenglen, où le Serbe Novak Djokovic a décroché son billet pour le troisième tour de Roland-Garros aux dépens du Luxembourgeois Gilles Müller (6-1, 6-4, 6-4). Le N.1 mondial ne semble néanmoins pas à 100 % de ses capacités physiques, lui qui s’est plaint d’un adducteur.

Sous les yeux d’un certain Zlatan Ibrahimovic (d’origine bosniaque), Novak Djokovic a de nouveau pris la mesure de Gilles Müller, qu’il avait battu en début de saison à l’Open d’Australie. Pour ce deuxième affrontement sur le circuit pro, « Nole » s’est montré presque irréprochable au service, affichant un ratio de près de 70 % sur sa première balle, contre seulement 50 côté luxembourgeois. Les « aaaaaaahhh » et les « oooooooh » du public ont accompagné les quelques gestes spectaculaires dont le N.1 mondial a le secret, laissant toutefois de marbre un Müller décidé à tout donner pour aller chercher une improbable victoire.  

Le 55e mondial qui n’a jamais atteint le troisième tour à Roland, a tout de même eu le mérite de hausser un peu le ton dans la deuxième manche grâce à des retours de service plus appuyés. Mais son jeu de service-volée ne pouvait pas vraiment inquiéter son adversaire. Le Serbe qui a fait appel au kiné pour une douleur à un adducteur, a finalement empoché sans sourciller le deuxième set sur un jeu blanc…  

Breaké rapidement dans la troisième manche, l’ancien champion du monde junior est même parvenu à reprendre le service de Djokovic. Pour revenir à 4-3, histoire de sortir avec les honneurs. Les « allez Gillou » fleurissaient un peu partout en tribunes, mais ces encouragements n’étaient pas suffisants pour inquiéter le Serbe, ce dernier enchaînant une 24e victoire d’affilée, non sans avoir été saluer Zlatan Ibrahimovic. Il faudra néanmoins observer avec attention son prochain match (face au vainqueur du duel opposant Bernard Tomic à Thanasi Kokkinakis), pour savoir si sa douleur à un adducteur ne peut pas l’empêcher d’aller chercher le seul titre qui lui échappe en Grand Chelem.  

Romain Bonte