Nadal Roland-Garros 2014
Rafael Nadal n'a pas eu à forcer pour dominer Dusan Lajovic | AFP - MIGUEL MEDINA

Nadal retrouvera bien Ferrer

Publié le , modifié le

Rafael Nadal s'est qualifié pour les quarts de finale de Roland-Garros en écartant sans forcer le Serbe Dusan Lajovic en trois sets 6-1, 6-2, 6-1 en 1h33 de jeu. L'Espagnol signe donc sa 63e victoire Porte d'Auteuil pour une seule défaite et améliore son record de succès consécutifs dans ce tournoi (32). Comme prévu depuis les tirages au sort, il retrouvera bien en quarts l'Espagnol David Ferrer, qui a dominé le Sud-Africain Kevin Anderson, pour un remake de la finale de 2013.

En 2009, Robin Soderling avait stoppé Rafael Nadal en 8e de finale sur la route d'un 5e Roland-Garros. Cinq ans plus tard, Dusan Lajovic qui défiait le quadruple tenant du titre sur la terre battue parisienne n'a pas pu imiter le Suédois. Il en était même très loin. Malgré un dos qui le fait souffrir au service, Rafael Nadal n'a pas tremblé pour dominer le 83e joueur mondial qui découvrait pour la première fois de sa carrière les 8e de finale d'un Grand Chelem et confirme bien que le seul Serbe qui lui pose des problèmes est Novak Djokovic puisqu'il en est désormais à 8-0 face aux compatriotes du numéro 2 mondial. La finale tant attendue se rapproche, mais avant cela, "Rafa" va connaître son premier gros test à Roland puisqu'il affrontera un des trois hommes qui l'a battu sur terre cette saison, l'Espagnol David Ferrer.

On lui promettait l'enfer en première semaine jusqu'à ce rendez-vous des quarts de finale contre David Ferrer. Mais Rafael Nadal sera bien là et il n'a pas perdu trop de plumes avant ce choc, remake de la finale de l'an dernier. Entre les forfaits et un niveau de jeu retrouvé, le Majorquin a finalement pu s'économiser. Notamment lors de ce 8e de finale où il attendait Nicolas Almagro qui l'avait battu à Barcelone. Il a finalement eu un Serbe, Dusan Lajovic, déjà tout heureux d'être là, de découvrir les 8e de finale d'un Grand Chelem et le court Philippe Chatrier. Il ne connaissait ni l'un, ni l'autre. Et s'il savait sûrement à quoi s'attendre contre Rafael Nadal, les deux joueurs ne s'étaient jamais affrontés. De cette première, Lajovic, 83e joueur mondial, ne retiendra pas grand chose, si ce n'est qu'il n'a pris que quatre jeux au numéro 1 mondial.

Vidéo : Nadal remporte le premier set

Nadal poursuit sa moisson de records

Car dès le début de la rencontre "Rafa" a montré qu'il n'avait pas envie de s'éterniser. Pour ménager son dos qui le fait souffrir. Ce mal qui l'a handicapé en finale à l'Open d'Australie et qui a ralentit sa préparation ensuite. Même s'il n'a rien montré, le service - le geste qui fait souffrir son corps - lui n'a pas rassuré. Quelques premières à 180 et des deuxièmes autour de 140 km/h, Nadal n'a pas forcé. Il n'en a pas eu besoin cependant. Parce qu'avec 43 fautes directes et 24 fautes provoquées, Lajovic n'avait tout simplement pas le niveau. C'est allé trop vite pour le joueur de 23 ans. Un break d'entrée et un premier jeu remporté à 5-0, c'est peu dire que Lajovic a souffert. Son revers à une main a été pilonné par le coup droit lifté de Nadal et les jeux ont défilé. Notamment dans le second set, où Nadal a remporté cinq jeux blancs sur huit. La seule frayeur du Majorquin? Les trois balles de debreak à défendre à 5-2. Une broutille vite écartée et un set empoché en 33 minutes, le plus long de la rencontre. Dans le dernier, il est reparti sur les mêmes bases : 5-0, avant de conclure sur son service? Et bien non, Lajovic a évité la "bulle" en breakant Nadal. Un contre-temps vite effacé.

Vidéo : Rafael Nadal conclut sa promenade de santé face à Lajovic

La 32e victoire d'affilée de l'Espagnol sur l'ocre parisien n'aura pas été la plus compliquée. Elle signifie en revanche que le joueur ajoute un nouveau record à sa collection en atteignant pour la cinquième fois d'affilée les quarts de finale de Roland, la neuvième en 10 participations, le 27e en Majeur. Celui qui s'annonce face à un Ferrer, toujours aussi solide face à Kevin Anderson, ne sera pas forcément le plus aisé.