Rafael Nadal
Rafael Nadal | PATRICK KOVARIK / AFP

Nadal dompte la foudre

Publié le , modifié le

Rafael Nadal s'est qualifié pour le 3e tour de Roland Garros en dominant le jeune espoir autrichien Dominic Thiem (6-2, 6-2, 6-3). Ce dernier, en dépit d'un talent évident et d'un bras en or, n'a rien pu faire face à la science de l'Espagnol qui affrontera au tour suivant le vainqueur de la rencontre Mayer-Gabashvili.

S'il laisse présumer d'un cavalier seul de Rafael Nadal, le score est trompeur. Car Dominic Thiem a fait mieux que donner la réplique au maître de ces lieux. Surtout dans une troisième manche où le niveau de jeu a atteint des sommets entre un Espagnol toujours aussi farouche défenseur et un Autrichien à la frappe cristalline. De par sa fluidité gestuelle, Thiem n'est d'ailleurs pas sans rappeler un certain Roger Federer. Voire également un Richard Gasquet pour sa facilité côté revers. En tout cas, une chose est sûre, sa balle avance vite, très vite.

Thiem aura beaucoup appris

Thiem devra pourtant apprendre à canaliser son énergie et à moins "arroser". Contre Nadal, cela ne pardonne pas. Les deux premiers sets ont donc vu le jeune Autrichien alterner fautes directes et coups gagnants. L'Espagnol, lui, s'occupait de gérer en accélérant quand il le fallait. Le numéro 1 mondial se faisait tout de même une petite frayeur en début de troisième manche quand il concédait son engagement face à un adversaire bien décidé à lâcher tous ses coups. A l'expérience, sans paniquer, le Majorquin parvenait à recoller au score à 2-3 avant de ravir le service adverse dans la foulée (5-3) et de plier l'affaire avec réalisme. Dominic Thiem, s'il veut un jour gagner Roland Garros, sait désormais de qui s'inspirer. 

Nadal se retrouve maintenant dans une partie de tableau particulièrement dégagée. L'adversaire le mieux classé susceptible de lui être opposé avant les quarts est 58e mondial. En quarts, il devrait retrouver son compatriote David Ferrer (N.5), son adversaire en finale l'an dernier. Mais l'Espagnol, on le sait, n'est pas du genre à mettre la charrue avant les boeufs. Son objectif à court terme s'appelle Gabashvili ou Mayer. 

Déclarations : 

Rafael Nadal :  "Je suis très heureux de ma prestation. C'était un match contre un joueur dangereux. Lorsqu'il lâchait ses coups, extrêmement puissants, j'ai bien résisté. Je suis très content de la manière dont j'ai défendu, de la façon dont je l'ai fait bouger. D'autant que ce n'était pas facile de jouer sur ce court où le vent est tourbillonnant et de trouver les bonnes sensations (...) Il y a une nouvelle génération, avec des étoiles montantes. C'est normal que cette génération arrive. Dominic a un grand potentiel pour faire partie de ceux qui nous remplaceront Roger (Federer), Novak (Djokovic), Andy (Murray) et moi-même. Il a déjà un très bon service et est puissant autant en coup droit qu'en revers. Il sera au plus haut niveau très bientôt et deviendra peut-être une vedette capable de rivaliser avec les meilleurs."

Video : La victoire de Nadal

Julien Lamotte