Rafael Nadal
Rafael Nadal | AFP - DOMINIQUE FAGET

Nadal balaye Murray en demi-finale

Publié le , modifié le

Rafael Nadal (N.1) n'a fait qu'une bouchée du Britannique Andy Murray (N.7) en demi-finales de Roland-Garros. Totalement dominateur face à un joueur qui ne l'a jamais battu sur terre-battue, l'Espagnol s'est imposé 6-3, 6-2, 6-1 au terme d'une véritable démonstration en 1h40. L'actuel N.1 mondial, qui a empoché une 33e victoire de rang à Paris, tentera de décrocher une 9e couronne à Roland-Garros, et une cinquième consécutive lors de sa 20e finale en Grand Chelem, face à Novak Djokovic (N.2) dimanche dans la finale attendue.

En ce 6 juin, il n'y a pas eu de salut pour le Britannique Andy Murray. A l'applaudimètre, il était clairement dominé par le maître des lieux, Rafael Nadal. Et dans le jeu, il n'y a pas eu photo. Pour leur 20e duel sur le circuit, et le deuxième sur la terre de Roland-Garros, l'Ecossais n'a jamais pu faire illusion. On pensait à une guerre de tranchée, on n'a eu qu'une guerre éclair. Entre le demi-finaliste qui avait passé le plus de temps sur le terrain (Murray avec 14h46) et celui qui en avait passé le moins (Nadal avec 10h12), la rapidité prenait rapidement le dessus sur la patience. Imaginez que Murray, déjà vainqueur de deux tournois du Grand Chelem, n'a inscrit que trois petits points au cours des trois premiers jeux. Il comptait partir à l'assaut de la citadelle Nadal derrière son service et en s'appuyant sur son coup droit, mais aucun de ses coups n'a répondu présent. Seulement deux petits aces pour trois double-fautes, et six petits coups droits gagnants, c'est tout ce qu'il a pu se mettre sous la dent en 1h40 de jeu.

Les problèmes sont apparus très vite: manque de longueur, fautes trop nombreuses en coup droit, incapacité à faire mal à son adversaire, et plus que tout, l'impression qu'il n'avait aucun plan de bataille. Face à l'octuple champion des Internationaux de France, cela ne pardonne pas. Bien décidé à défendre son territoire et à rejeter la tentative d'invasion du Britannique, Rafael Nadal s'est rapidement installé dans le terrain, distillant ses coups droits assassins et dictant son jeu. Menant (3-0) après dix minutes, et (4-1) après moins de vingt minutes, il empochait la première manche en 36 minutes sur une dernière volée haute de coup droit (6-3), en ayant laissé à Murray en tout et pour tout que 15 points.

Vidéo: Le premier set pour Nadal

Un jeu blanc rondement mené pour débuter la deuxième manche semblait redonner un peu d'allant au 8e mondial. Mais ce n'était qu'un feu de paille. La contre-attaque intervenait rapidement avec une réponse comparable de Nadal (1-1), et surtout, un break dès le 3e jeu sur sa première balle de break et un énième coup droit hors des limites du terrain (2-1). Totalement perdu en rase campagne, Andy Murray ne parvenait pas à résister au tir de barrage de son adversaire. Même s'il s'agissait du 20e match entre les deux joueurs, il semblait comme étonné par la puissance des coups de l'Espagnol, par son lift, par son jeu si destructeur. Après 1h02 de jeu, il cédait une deuxième fois son engagement (5-2), pour, quatre minutes après, capituler dans cette deuxième manche (6-2).

Vidéo: Le deuxième set pour Nadal

Et malheureusement pour lui, Andy Murray ne parvenait pas à sonner la révolte dans le troisième set. Comme au deuxième, il remportait son premier jeu de service, mais était incapable d'en décrocher un deuxième. A (2-1) pour "Rafa", le public trouvait le moyen de ralentir le jeu, de donner un peu de répit au Britannique, en lançant une splendide ola. Elle durait, obligeant les deux joueurs à patienter. Mais l'avancée de Nadal était inéluctable, inarrêtable. Lors du premier point du quatrième jeu, les deux adversaires sortaient un échange extraordinaire, se faisant courir aux quatre coins du terrain pour finir, tous deux au filet, par un passing de l'Ibère que l'Ecossais ne remettait pas. Le point faisait chavirer de bonheur le public du Chatrier, mais il tournait invariablement à l'avantage du maître des lieux. Et après 1h40, la bataille était finie, Murray rendait les armes.

Vidéo: Nadal se qualifie pour la finale

Est-ce le marathon contre Monfils, le manque de confiance contre Nadal qu'il n'a battu que cinq fois dans sa carrière et jamais sur terre-battue, ou simplement le niveau de jeu du N.1 mondial, en tous cas, Andy Murray n'a pas existé lors de ce match. Pour sa deuxième demi-finale à Roland-Garros, c'est une déception. En revanche, Rafael Nadal a développé un tennis impressionnant, destructeur et offensif. Campé sur sa ligne de fond de court, il a marqué les esprits. Il en aura besoin pour faire face au seul joueur qui a démontré, cette quinzaine, qu'il pouvait rivaliser avec lui. Ce sera le 42e match entre Novak Djokovic et Rafael Nadal, et l'Espagnol mène (22-19).

Vidéo: L'interview de Rafael Nadal

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze