Garbine Muguruza
Garbine Muguruza | DOMINIQUE FAGET / AFP

Muguruza, le saut de l'ange

Publié le , modifié le

Garbine Muguruza a crevé l'écran lors de sa victoire surprise face à Venus Williams lors du 2e tour de Roland Garros mercredi. A 20 ans, cette jeune fille mi Espagnole, mi Vénézuélienne incarne la relève du tennis féminin, tout comme sa prochaine adversaire, la Slovaque Anna Schmieidlova. La jeune génération semble déjà prête à prendre le pouvoir.

C'est au Vénézuéla, sa patrie d'origine, que se trouvent les plus hautes chutes d'eau de la planète. Appelée "le saut de l'ange", cette cascade pourrait également symboliser l'envol de Garbine Muguruza. Repérée par les scouts les plus avisés du circuit, cette longiligne joueuse, au physique et au tennis qui rappellent l'école de l'Est, a connu son premier grand moment de gloire sur le court Suzanne Lenglen en sortant la reine Serena Williams. Un véritable régicide tant la manière a été autoritaire. Des coups frappés pleine puissance et une insouciance rafraîchissante qui ont eu raison de la tenante du titre, balayée 6-2, 6-2. L'Américaine, impressionnée par la prestation de sa jeune adversaire, lui prédisait d'ailleurs un avenir radieux après son succès. "Elle m'a dit que si je continuais à jouer comme cela je pourrais gagner le tournoi", avouait avec candeur Muguruza.

Pour une jeune fille qui a grandi avec des posters de Serena sur les murs de sa chambre, la maturité dont elle a fait preuve pour torpiller son idole a été impressionnante. "C'était très dur parce que, quand j'étais enfant, j'allumais la télévision, je la voyais jouer. Quand je m'entraînais, je pensais à elle : comment elle sert, comment elle joue tel coup. Vraiment, je l'admire ! C'était très difficile pour moi de rentrer calme sur le court, de me dire : « Ce n'est qu'une joueuse comme les autres » Je me suis juste dit : « Je rentre, je ne pense pas que c'est Serena, je fais ce que j'ai à faire", poursuit-elle. Dit comme ça, c'est vrai que cela parait simple...

La jeunesse triomphante

Pourtant, l'éclosion de Muguruza avait été préparée en amont, sous le soleil de l'Australie précisément. Vainqueur de son premier tournoi en carrière, à Hobbart, Garbine avait lancé sa saison sur les bons rails. Il ne restait plus qu'à confirmer. Désormais, celle qui hésite encore à choisir entre les nationalités vénézuéliennes et espagnoles, est attendue au tournant. Son duel de jeunes louves, face à la Slovaque Anna Schmieidlova, tombeuse de Venus, présumera peut-être d'une des futures grandes rivalités du tennis féminin dans les années à venir. "Cette année, il y a beaucoup de jeunes joueuses qui jouent très, très bien. J'ai l'impression qu'on est en train de vivre un gros changement au niveau du classement, au niveau des 100 premières joueuses", analyse Muguruza. "De toute façon, ce sont des choses qui doivent arriver, des nouvelles générations arrivent. Je pense que c'est le moment". Les soeurs Williams peuvent le confirmer.

Julien Lamotte