Gaël Monfils
Gaël Monfils | KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Monfils dans la douleur

Publié le , modifié le

Gaël Monfils n'a pas été à la fête, ce mercredi, à l'occasion du deuxième tour de Roland-Garros. Opposé à l'Argentin Diego Schwartzmann, le Français, tête de série N.13, a eu besoin de 5 sets (4-6, 6-4, 4-6, 6-2, 6-3) et 2h49 pour en venir à bout. Avec peine. Au prochain tour, "La Monf'" affrontera l'Uruguayen Pablo Cuevas (N.21).

On parlait de lui comme une des meilleures chances tricolores avant le début du tournoi et Gaël Monfils a donné au public, ce mercredi, sur le court Central, quelques frayeurs. Face l'Argentin Diego  Schwartzmann, qu'il n'avait jamais rencontré, on attendait un Monfils solide et sûr de son tennis. Malheureusement, sa prestation a été parfois un peu poussive et, en près de 3h, on se dit qu'il a peut-être laisser des plumes dans cette rencontre.

Offensif, Diego Schwartzmanns était souvent à l'initiative dans les trois premiers sets tandis que Monfils apparaissait un peu apathique. Le Français se retrouvait  réellement en danger quand il avait à défendre deux balles de break à 1-2 dans le quatrième set.

Il réussissait toutefois à conserver son engagement et retrouvait même de bons réflexes. En face, Schwartzman, qui n'avait encore jamais disputé de match en cinq sets, commençait à montrer des signes de fatigue. C'était de bon augure pour le Parisien qui pouvait alors conclure le cinquième set sur le score de 6-3. 

A l'issue de l'ultime point, Monfils a dessiné, du bout de sa chaussure, un grand smiley sur le court du Central.

Une manière de manifester sa joie d'avoir vaincu son adversaire du jour ? Non, ce geste du Parisien visait à apporter son soutien à une plateforme de solidarité qui vient d'être lancée, comme il l'a ensuite confirmé sur les réseaux sociaux.

Après ce deuxième tour accroché, il reste désormais à espérer que Monfils se sera de nouveau d'attaque et qu'il affichera un sourire confiant, pour affronter  l'Uruguayen Pablo Cuevas qu'il avait battu lors de leur unique rencontre, en 2008, à l'US Open. 

Isabelle Trancoën