Murray Chatrier RG2014
L'Ecossais Andy Murray a pris ses marques sur le Philippe-Chatrier | MIGUEL MEDINA / AFP

Mission impossible pour Murray ?

Publié le , modifié le

C'est le D-Day pour Andy Murray face à Rafael Nadal ! L'Ecossais a-t-il les moyens de bousculer le N.1 mondial en demi-finale de Roland-Garros ? Ca dépend de lui et surtout de son adversaire.

Un tremblement de terre en dix ans, la tectonique des plaques est un phénomène rarissime à Roland-Garros. Dans le tableau masculin, les prévisions sismologiques sont formelles : depuis la dernière secousse en 2009 (élimination en 8e par Robin Soderling), la plaque Rafael Nadal n’a pas bougé d’un millimètre. L’Espagnol a bien connu quelques répliques mais son ancrage sur la Coupe des Mousquetaires est solide (8 trophées). Avec un seul tournoi de préparation gagné à Madrid, Nadal n’est pas arrivé à Paris dans ses conditions habituelles. Son dos récalcitrant n’y est surement pas étranger. Mais si l’Espagnol ne l’avait pas signalé en cours de Roland-Garros, il aurait été difficile de s’en apercevoir tant il s’est promené sur les courts. Même contre son compatriote David Ferrer (N.5), finaliste l'an passé, il a très vite compensé la perte du premier set par un cavalier seul dans les trois manches suivantes. Sur les courts de la Porte d’Auteuil, Nadal a remporté 88 matches sur 89 et il reste sur une série de 33 succès d’affilée.

S'inspirer de Rome

Le défi qui attend Andy Murray est juste immense. L’Ecossais a beau faire partie du « big four » masculin (Ex-N.2 mondial et vainqueur de deux Grands Chelems), il ne fait pas le poids sur terre battue. Ni titre, ni finale, Murray n’est pas ce qu’on peut appeler un spécialiste du tapis ocre. Grâce à son intelligence de jeu et ses déplacements, il s’est glissé à deux reprises en demi-finales à Roland-Garros mais la marche suivante est encore trop haute. En quarts de finale Andy Murray et Gaël Monfils ont joué au chat et à la souris. Un jeu d’attente, de bluff qui ne marchera pas face au Majorquin. Quand ce dernier met la machine en route, son agressivité est étouffante. Avec deux matches en cinq sets dans les jambes, l’Ecossais risque de manquer de jus. Murray peut toutefois s’appuyer sur son quart à Rome où il ne s’est incliné qu'en trois sets. « Il y a des choses que j'ai apprises de ce match et que j'espère pouvoir utiliser à mon avantage, assure-t-il. Je sais très clairement ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas fonctionné, mais les courts sont différents ici, les conditions aussi. » Et Nadal aussi.

VIDEO : Murray sort Monfils

VIDEO : Nadal domine Ferrer en 4 sets

 Rafael Nadal - Andy Murray est à suivre sur France 2 et sur francetvsport.fr