Stanislas Wawrinka
Le Suisse Stanislas Wawrinka | ANDREAS SOLARO / AFP

Match du jour: Wawrinka-Garcia-Lopez

Publié le , modifié le

Placé dans le cortège des outsiders pour la victoire finale derrière Nadal et Djokovic, Stan Wawrinka débute son Roland-Garros face à l'accrocheur espagnol Guillermo Garcia-Lopez. Un premier test pour le numéro 3 mondial, peu en vue depuis sa victoire à Monte Carlo. Un Masters 1000 durant lequel son adversaire avait brillé en poussant Djoko dans ses derniers retranchements en quart de finale.

"Stanimal" le dit haut et fort : il est prêt. Titré à Melbourne en début d’année, le Suisse connaît désormais la recette pour gagner un Grand Chelem. "Je sais par où il faut passer si on veut aller loin dans le tournoi." Sans son petit coup de mou depuis Monte Carlo, le numéro 3 mondial attaquerait son dixième Roland-Garros dans la peau d’un favori. Un statut qu’il laisse à Rafael Nadal et Novak Djokovic. Finalistes à Rome après une saison compliquée sur terre battue, les deux premiers joueurs mondiaux sont les hommes à battre. Vainqueur de son premier Masters 1000 sur le Rocher, Wawrinka attend son heure, tapi dans leur ombre. "Il faut se concentrer sur le premier match. Deux semaines c’est très long, tempère l’Helvète. Il ne faut pas voir trop loin trop vite." D’autant plus vrai que le Vaudois a hérité d’un beau morceau en guise d’apéritif.

Garcia-Lopez, un client sur terre battue

Si l’on se fie à ses derniers résultats Porte d’Auteuil – deux défaites au 1er tour contre Sock et Llodra - Guillermo Garcia-Lopez n’a rien d’un foudre de guerre. Mais à y regarder de plus près, l’Espagnol a tout du poil à gratter. A Casablanca début avril, il s’est offert Berlocq et Granollers, loin d’être des manches sur l’ocre, pour remporter le tournoi. Une semaine plus tard à Monte Carlo, le 41e joueur mondial a fait chuter Berdych et pris un set à Djokovic en quart de finale. "C'est un très bon premier tour pour moi, pour me permettre de voir où j'en suis, confiait Wawrinka au Figaro suite au tirage au sort. C'est un très bon joueur, il faut bien jouer pour le battre, il faut sortir dès le début un très bon match." L’homme de 29 ans le sait mieux que quiconque. Face à l’Ibère, il affiche un bilan à l’équilibre (2-2) sur la surface des Internationaux de France.

Wawrinka: "Je peux battre tout le monde"

Battu par le jeune autrichien Dominic Thiem (70e mondial) à Madrid et le vétéran allemand Tommy Haas (19e) à Rome, "Stan the man" doit remettre l’église au milieu du village. Et il le sait. "Je suis arrivé ici mercredi donc j’ai eu quelques jours d’entraînement, explique l’élève de Magnus Norman. Je me sens prêt et je suis impatient de commencer ce tournoi." Ses deux défaites lors des trois derniers matches n’ont pas entamé le capital confiance du natif de Saint-Barthélémy. "Mon niveau de jeu fait que je peux aller loin dans le tournoi et que je peux battre tout le monde." Une gageure pour Stan Wawrinka. Après Garcia-Lopez, il devrait se frotter à Feliciano Lopez, un autre "terrien." Puis Gaël Monfils ou Fabio Fognini pourraient lui barrer la route en 1/8e, avant Andy Murray en quart de finale... Pour terminer par Nadal et Djokovic. Un copieux menu en perspective pour l’Helvète. Mieux vaut ne pas laisser trop de gomme sur ce premier tour…

Vidéo:  les enjeux du match

Jerome Carrere