A l'ombre des grands courts

Ils sont anonymes, ne disputent quasiment pas les tournois majeurs. "Ils"' ? Ce sont les forçats du tennis, des smicards qui vivotent de petits tournois en petits tournois pour gagner à peine plus de 1000 euros/mois. Un sujet d'Antoine Chuzeville pour Stade 2.

Publié le , modifié le