Dominic Thiem
Dominic Thiem. | AFP

Les forfaits de Nadal et Tsonga font des heureux

Publié le , modifié le

Federer et Monfils forfaits avant le début du tournoi, Roland-Garros se retrouvait déjà amputé de deux têtes d’affiches. Mais voilà, la première semaine n’a pas été dénuée de mauvaises surprises, entre une météo capricieuse, mais surtout le forfait de Rafael Nadal et l’abandon de Jo-Wilfried Tsonga. Deux nouvelles absences qui libèrent un boulevard dans une partie du tableau. Gros plan sur ceux qui peuvent en profiter.

Cette première semaine de Roland a été marquée par des coups de tonnerre qui ne provenaient pas seulement du ciel. Le forfait de Rafael Nadal, blessé au poignet, a été un grand choc. Tout comme cet abandon de Tsonga en plein troisième tour, en larmes. L’Espagnol, revenu au plus haut-niveau sur terre battue, ne gagnera pas un dixième Roland-Garros cette année. Le Français, touché aux adducteurs, ne confirmera pas sa demi-finale de l’an passé.

Mais le malheur des uns fait le bonheur des autres. C’est toute une partie du tableau qui se trouve libérée, et permet à certains d’arriver à un certain stade de la compétition. Les 8e de finale étaient censés délivrer les premiers chocs du côté de Nadal et Tsonga, justement. On s’attendait à un Nadal-Thiem et Tsonga-Goffin en huitièmes, avant que justement ces deux joueurs ne se rencontrent en quarts. On frémissait déjà d’avance devant une possible demi-finale Djokovic-Nadal. A la place, les supporters du Central et du Lenglen assisteront à deux duels entre Thiem et Granollers, et Gulbis face à Goffin.

Granollers et Thiem profitent de l'absence de Nadal

Marcel Granollers, 56e mondial, fait partie de ces joueurs favorisés par ces absences au 3e tour. L’Espagnol, qui s’est défait de Fognini au premier tour, a eu de la chance sur son parcours : il a bénéficié de l’abandon de Nicolas Mahut en plein 2e tour, avant de ne pas à avoir à jouer le 3e suite au forfait de Rafael Nadal. Le voilà donc prêt à jouer le deuxième 8e de finale de sa carrière à Roland-Garros (après 2014), avec une fraîcheur sûrement supérieure à celle de Dominic Thiem.

Le joueur autrichien peut également se réjouir de l’absence du Majorquin et de Tsonga : cela lui ouvre un 8e de finale et d’un quart plus qu’abordables (Granollers, et le vainqueur entre Goffin et Gulbis). Impressionnant face au jeune Allemand Zverev, s’il continue sur cette lancée, l’idée d’une demi-finale de Thiem face à Djokovic paraît plus que censée. Si cette affiche n’a pas encore l’aura et l’attrait qu’aurait pu avoir un choc Nadal-Djokovic, le beau jeu et le niveau affichés par l’Autrichien peuvent laisser espérer un beau spectacle.

Gulbis, bien aidé par l'abandon de Tsonga

Ernests ​Gulbis, 80e mondial, peut lui aussi s’estimer heureux de l’abandon du Français, alors qu’il était mené 5-2 dans le premier set. Le voici embarqué pour un nouveau 8e de finale, deux ans après avoir atteint les demi-finales du tournoi parisien. Gulbis, c’est ce Letton dont la carrière est essentiellement composée de hauts et de bas. Tantôt en forme et capable de battre les meilleurs (comme Federer il y a deux ans), tantôt au plus bas et l’ombre de lui-même sur les courts, Gulbis est imprévisible, et cette ouverture sur le tableau pourrait lui permettre d’aller très loin. Face à lui, David Goffin, treizième mondial, qui forcément se réjouit de ne pas avoir à affronter Tsonga dès les 8e. Néanmoins le Belge s’est montré prudent envers son futur adversaire, qu’il sait « dangereux sur terre battue ». Toujours moins que le Français cependant.

Mathilde L'Azou @MathildeLAzou