Gaël Monfils
Gaël Monfils remet une balle comme il peut | PHILIPPE MILLEREAU / DPPI MEDIA

Match du jour: Monfils défie Murray

Publié le , modifié le

Grâce à une Andrea Petkovic expéditive face à Sara Errani (6-2, 6-2), lors du premier quart de finale féminin de la journée, le match entre Gaël Monfils et Andy Murray a débuté. Cette rencontre phare du tournoi avait été compromise par la pluie en raison de trois reports dans l'après-midi.

Gaël Monfils dispute ainsi son quatrième quart de finale à Roland-Garros. Le Parisien, 28e joueur mondial et tête de série numéro 23, défie Andy Murray (N.7) dans un duel qui s’annonce serré entre ces deux grands combattants. L’Ecossais mène trois victoires à deux dans leurs confrontations mais le Français a remporté les deux matches disputés à Paris dont un Porte d’Auteuil.

S’il y a une surface sur laquelle un Monfils-Murray peut s’avérer fructueux pour le Guadeloupéen, c’est bien la terre battue. Sur l’ocre parisien, Gaël Monfils possède quelques arguments pour terrasser le champion olympique britannique. Un gros service, une énorme gifle de coup droit et une défense digne des meilleurs, Nadal, Djokovic et… Murray.

Le double vainqueur en Grand Chelem (US Open 2012, Wimbledon 2013) est en effet l’un des plus gros contreurs du circuit. Sa faculté à ramener les balles impossibles afin de faire craquer l’adversaire est un régal pour le spécialiste davantage que pour le public qui n’a jamais porté Andy dans son cœur comme Federer ou Nadal.

Monfils devra être costaud

Murray est certes prenable sur terre, mais il compte tout de même quelques bonnes performances à Roland (deux quarts et une demie, en 2011 contre Nadal). Monfils évolue dans les mêmes temps de passage avec une demi-finale en 2008 et deux quarts en 2009 et 2011, à chaque fois contre Federer. Il a surtout remporté la seule opposition les ayant opposés à Roland-Garros, au 1er tour de l’édition 2006 (6-4, 6-7(2), 1-6, 6-2, 6-1).

Une belle bataille en cinq manches n’est donc pas à exclure aujourd’hui. Elle n’avantagerait pas "La Monf" qui revient de blessure et n’a pas le foncier pour tenir plus de quatre heures face au grand escogriffe au tient pâle et à l’endurance reconnue. Si Monfils doit l’emporter, c’est en gagnant le set initial et on concluant l’affaire en maximum quatre actes. Et en jouant efficacement comme contre Guillermo Garcia-Lopez, pas comme face à Fabio Fognini où cela avait été très décousu. Car Murray ne fera aucun cadeau. Et ce n’est pas l’ambiance survoltée du Central qui fera craquer ce fan de foot…

Vidéo : les forces en présence

Grégory Jouin @GregoryJouin