La tornade Tsonga emporte tout

La tornade Tsonga emporte tout

Publié le , modifié le

Impérial en début de match face à Kei Nishikori, Jo-Wilfried Tsonga a su se reconcentrer après qu'un panneau publicitaire soit tombé sur des spectateurs pendant le match et relancé le Japonais. Vainqueur en cinq manches (6-1, 6-4, 4-6, 3-6, 6-3), le Français affrontera en demi-finale Stanislas Wawrinka, vainqueur de Roger Federer.

Comme Mohamed Ali, à qui il est souvent comparé pour sa ressemblance physique et son punch, Jo-Wilfried Tsonga a su gérer ce match comme un combat de boxe. D'abord en sonnant de coups son adversaire puis en gérant intelligemment ses temps forts et ses temps faibles. Ni le classement de Kei Nishikori, ni son passif face au Japonais (1 victoire pour 4 défaites), ni un incident imprévu qui a remis en selle son adversaire n'ont réussi à le détourner de sa mission. Le voilà en demi-finale pour la deuxième fois de sa carrière après celle de 2013, et pour une sixième fois dans le dernier carré d'un Grand Chelem.

Tsonga est en mode bombardier dès le début de match. L'impact de ses frappes de B-52 laisse des trous sur le Central et Nishikori doit se cacher pour éviter les éclats d'obus. Jamais aussi à l'aise que dans son schéma première balle à plus de 200 km/h enchaîné par un, voire deux coups maximum, le Tricolore se détache rapidement 4-0. S'il concède une fois son engagement à ce moment-là, c'est pour mieux le reprendre aussitôt après. Car Tsonga, c'est aussi des progrès fulgurants en retour de service. Jadis maillon faible dans son jeu, sa relance a souvent mis en difficulté le Nippon. Pareil pour le revers du Français, souvent décrié mais qui a tenu la comparaison avec celui de Nishikori.

Tsonga remporte le premier set en vidéo : 

Visiblement gênée par le vent, la tête de série n°5 du tournoi n'y est pas du tout non plus dans ce second set. Sa balle n'avance pas, elle est courte et "Jo" se régale sur chaque frappe. Il mène 6-1, 5-1 quand un incident rarissime va venir bousculer le court du match. Les deux joueurs sont  assis durant le changement de côté quand soudain une rumeur qui se transforme vite en cris de panique surgit de l'un des coins du Court Philippe Chatrier. Les regards se tournent en direction de mouvement de foule : un panneau publicitaire, décroché par un bourrasque de vent, vient de tomber sur des spectateurs ! Plus de peur que de mal néanmoins pour les victimes qui en étaient bonnes pour quelques menus bobos et surtout une belle frayeur !

L'incident en vidéo : 

Tsonga a failli tomber dans le panneau

Si l'incident n'a pas provoqué de blessures graves, il a par contre complètement remis en selle Nishikori. Après un long moment d'attente, le temps pour les officiels de sécuriser le périmètre, le Japonais revient transfiguré. Il refait un break de retard et, même si Tsonga parvient à arracher le 2e set (6-4), le match a déjà changé d'âme. Beaucoup plus agressif et précis, le protégé de Michael Chang domine tous les échanges alors que le Manceau survit par la seule force de son engagement. Cela aurait pu néanmoins être suffisant s'il avait peu convertir l'une de ses quatre balles de break à 4-4 mais il manque sa cible. Nishikori, lui, ne laisse pas passer pareille occasion au jeu suivant et réduit le score (6-4).

Jo-Wilfried Tsonga accuse le coup. Il peste contre le vent, poursuit une concentration qui s'étiole de plus en plus. En face, le Japonais a retrouvé toute sa sérénité et sa régularité. A 2-1 en sa faveur, il ravit de nouveau le service adverse et resserre encore son emprise sur sa proie. Il ne lâchera plus. A sa troisième balle de set, il égalise à deux manches partout. Beaucoup auraient flanché. Pas Jo-Wilfried. A 2-1 en sa faveur, il trouve les ressources morales et physiques pour accélérer une dernière fois. Sans se désunir, sans surjouer, Tsonga rallie l'arrivée sur un dernier coup droit que Nishikori ne peut remettre dans les limites du court. Il s'en est fallu de peu mais Tsonga n'est pas resté à Kei... 

La victoire de Tsonga en vidéo :

Julien Lamotte