L'exploit d'Amandine Hesse, la peur d'Alizé Cornet

L'exploit d'Amandine Hesse, la peur d'Alizé Cornet

Publié le , modifié le

Pour sa deuxième participation au tableau final de Roland-Garros, Amandine Hesse a passé le 1er tour pour la première fois. Face à elle, la jeune Française de 22 ans, 272e mondiale, affrontait l'Australienne Jarmila Gajdosova, de six ans son aînée et qui pointe au 53e rang à la WTA. Après un set de mise en route, soutenue par un public déchainé, Amandine Hesse s'est imposée 2-6, 6-3, 6-2. Alizé Cornet (N.29) a également souffert mais a franchi le cap aux dépens de l'Italienne Roberta Vinci, qu'elle n'avait jamais battue, 4-6, 6-4, 6-0 en 2h02.

Elle s'est retournée vers son clan. Le cri est sorti, comme une délivrance. Les poings fermés, elle a laissé éclater sa joie. A 22 ans, Amandine Hesse a remporté son premier match dans le tableau final d'un tournoi du Grand Chelem. Elle l'a fait chez elle, devant sa famille, sur des terrains qu'elle connaît bien, devant un public totalement acquis à sa cause, et face à une joueuse redoutable.

Jarmila Gajdosova pointe en effet au 53e rang mondial. Cette Australienne a une expérience bien supérieure, du haut de ses 28 ans et pour son 11e Roland-Garros. Certes, elle n'a jamais été plus loin que les 8e de finale (2010) à Paris (comme à Wimbledon), mais cette année, elle avait atteint les demi-finales à Kuala Lumpur et les quarts à Sydney. Face à elle, Amandine Hesse avait écumé le circuit secondaire. Mais aujourd'hui, sur ce court N.7 où les Français sont souvent programmés, c'est bien la plus jeune qui a tenu bon. Et au moment de conclure, c'est Gajdosova qui a craqué, sur son service, avec un dernier break concédé et une dernière énorme faute de coup droit, qui allait dans le filet. 

"Sur le premier set, j'étais très tendue", racontait la Française en conférence de presse. "Je n'arrivais pas à lâcher mes coups, je me précipitais trop. Elle jouait bien, elle me faisait forcer. Au deuxième set, j'ai essayé de me relancer un peu, de penser à chaque point, de rester dans le présent et de me bagarrer sur chaque point et cela a payé." Ce qui a payé, également, c'est le soutien de "ma famille, mes sœurs, mes beaux-frères, mes petits neveux, ma tante. Ils ont beaucoup crié aujourd'hui et cela m'a aidé. Mais il n'y avait pas qu'eux, tout le public français était avec moi, cela m'a beaucoup porté."

La première victoire de Cornet sur Vinci

Sur le court Central, Alizé Cornet, la N.1 française a également connu une belle scène de délivrance. Malgré sa tête de série N.29, elle avait hérité de Roberta Vinci pour son entrée en matière. Cette Italienne, 38e mondiale fait partie des bêtes noires de la Française. En quatre duels, elle ne l'avait jamais battue. Elle ne lui avait pris qu'une seule manche en tout et pour tout, et les deux joueuses s'étaient déjà croisées à Madrid cette année, pour une victoire de la Transalpine 6-4, 7-5.

Vidéo: L'énervement d'Alizé Cornet

Après avoir énormément pesté, après s'être beaucoup énervée, la 29e mondiale a su remettre ses idées en place et retrouver le fil de son jeu pour s'imposer en plus de deux heures. "C'est vraiment une superbe victoire parce que ça me prouve beaucoup de choses", s'est-elle réjoui sur le court. "Ma prochaine adversaire, je ne l'ai pas battue beaucoup. Mais c'est bien, ce sont de bons challenges." Sa prochaine adversaire sera Alexandra Dulgheru, 51e mondiale, qui l'a battue cette année à Doha mais que la Française avait dominée, lors de leur premier affrontement, en 2010.

Vidéo: La balle de match d'Alizé Cornet

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze