Kyrgios, des coups d’éclat et une claque

Kyrgios, des coups d’éclat et une claque

Publié le , modifié le

Aussi talentueuse soit-elle, la relève australienne est encore en apprentissage au plus haut niveau du tennis. Opposé à Andy Murray, Nick Kyrgios est apparu bien tendre au 3e tour de Roland-Garros. Il a fait le show spectacle mais côté efficacité, il faudra repasser. Trois sets secs encaissés (6-4, 6-2, 6-3), l’aventure parisienne se termine pour le 30e joueur mondial tandis que l'Ecossais taille la route vers les demi-finales. Place au gazon pour l'Australien !

« Oh ! » « Ah ! ». Les onomatopées ont fusé sur le Suzanne-Lenglen. Nick Kyrgios était dans tous les coups samedi à l’heure du déjeuner. Un régal pour le public et pour ses adversaires. L’Australien a le sens du spectacle et de l’hospitalité. Face à Andy Murray, Kyrgios a offert les deux facettes de son jeu. Il a ainsi enchaîné un lob entre les jambes incroyable et derrière une très vilaine faute en revers dans le couloir. Un jeu à très haut risque qui s’est fracassé sur la solidité du N.3 mondial. Pourtant, Kyrgios a eu des possibilités sur le service de l’Ecossais mais ses mauvais choix lui ont coûté très cher.

S’il a encaissé quelques coups géniaux, Murray a largement profité des cadeaux de l’Australien. Après la perte du premier set 6-4, Kyrgios n’a pas varié d’un pouce. Zéro temps de repos, trois coups de raquette et un ratio fautes directes / points gagnants largement déficitaire. "Il y a eu quelques points superbes, je n'ai pas très mal joué, j'ai bien joué du fond du court, je me suis bien déplacé, mais quand votre meilleure arme ne fonctionne pas, c'est difficile, a expliqué Kyrgios. Cela m'est arrivé par le passé, le service c'est mon meilleur atout, ma force, et quand cela ne marche pas, c'est difficile de rivaliser contre un joueur tel que Andy." Excellent défenseur et relanceur, Murray a saisi presque toutes les opportunités qui s’offraient à lui. Avec deux breaks grattés, il pouvait conclure la deuxième manche 6-2. Abattu et gêné par un bras droit douloureux, Kyrgios s’éteignait doucement. Et malgré quelques retours de flamme, il s’en est allé la tête basse sur un dernier set perdu 6-3. Sa quête du haut niveau continue avec un très gros chantier, celui de la constance qui fait de Murray, Djokovic, Federer et Nadal des machines quasi infaillibles.

VIDEO : Le point de la première semaine pour Kyrgios

Xavier Richard @littletwitman