Jo-Wilfried Tsonga
Le joueur français Jo-Wilfried Tsonga | AFP - VALERY HACHE

Jo-Wilfried Tsonga vise une 100e victoire en Grand Chelem

Publié le , modifié le

Privé de compétition pendant trois semaines, Jo-Wilfried Tsonga s’est rassuré mardi pour son entrée en lice à Roland-Garros face à un joueur issu des qualifications. Aujourd’hui sur le Court Central (le 3e match programmé), le N.1 Français entend à la fois monter en puissance face à un adversaire plus costaud, à savoir Marcos Baghdatis, et décrocher une 100e victoire dans un tournoi du Grand Chelem.

Après une entrée en matière rassurante face à l’Allemand Jan-Lennard Struff (6-3, 6-4, 6-4), Jo-Wilfried Tsonga doit désormais hausser son niveau de jeu et régler les petits détails qui lui permettront d’aller le plus loin possible dans ce tournoi. Contraint de renoncer au Masters de Rome en raison d’une douleur aux adducteurs, le Manceau n'avait plus joué depuis son huitième de finale perdu le 5 mai face à Milos Raonic. Mais mardi, il a eu de bonnes sensations dès les premières foulées sur la terre ocre parisienne. « Je me suis rassuré sur le fait que je puisse vraiment y aller à fond. Il y a eu de beaux échanges, et je me suis donné à fond physiquement sans rien ressentir du tout. C'est très positif pour moi », expliquait-il.

Ce jeudi sur le Philippe-Chatrier, la tête de série N.6 visera ni plus ni moins qu’un 100e succès dans sa carrière sur les tournois du Grand Chelem. « C'est une statistique que je ne connaissais pas du tout, je l'ai dans la tête maintenant », a avoué Tsonga. Cette statistique lui donne sans doute encore un peu plus de motivation pour enchaîner une septième victoire en autant de confrontations face à Marcos Baghdatis. C’est néanmoins la première fois que les deux hommes se rencontrent à Roland-Garros. Leur dernier duel était toutefois sur un autre Grand Chelem, lors de l’Open d’Australie, et le Tricolore s’était imposé (6-4, 4-6, 6-4, 6-2).

A cinq victoires de Jean Bor​otra

Face au Chypriote, Tsonga a donc la possibilité de se rapprocher de l’une des légendes du tennis français, Jean Borotra, qui avait enregistré 104 victoires. « C'est fabuleux. (…) Je me surprends quand même, parce que c'est vrai quand j’étais petit je me disais que si je pouvais jouer jusqu'à 28 ans, ce serait super », a expliqué le joueur de 31 ans. « J’espère que je vais continuer à gagner des matches en Grand Chelem et pourquoi pas continuer à soulever quelques trophées ? », a-t-il lancé.

Finaliste en 2008 à Melbourne, Tsonga caresse toujours l’espoir de remporter un Grand Chelem, et plus particulièrement celui de Roland-Garros, devant son public. Mais pour le moment, les Internationaux de France se refusent toujours à lui, malgré deux demi-finales en 2013 et 2015. Aujourd’hui 7e joueur mondial, le Manceau possède les armes pour viser au moins un quart de finale, où il pourrait retrouver un certain Rafael Nadal. Mais pour le moment, c’est une 100e victoire qui lui tend les bras, sachant qu’au troisième tour, il retrouverait le vainqueur de la rencontre opposant le Letton Ernest Gulbis au Portoricain Joao Sousa (N. 26).

Romain Bonte