Pierre-Hugues Herbert 052014
Le Français Pierre-Hugues Herbert | AFP - Patrick Kovarik

Herbert: "Assez fier de moi"

Publié le , modifié le

Pierre-Hugues Herbert, 133e mondial, a été éliminé par l'Américain John Isner, tête de série N.10, en trois sets 7-6 (7/5), 7-6 (7/4), 7-5 au premier tour de Roland-Garros. Pour sa première apparition dans un tournoi du Grand Chelem, le Français, âgé de 23 ans et qui avait bénéficié d'un invitation, a fort bien tenu son rang. Entre joie et déception, Herbert est tou de même "assez fier" de sa performance devant le public de la Porte d'Auteuil.

Pierre-Hugues, quel est votre sentiment après ce match ?
PH.H: "C'est assez mitigé. Je suis assez content de moi. J'ai eu l'impression de vivre quelque chose d'extraordinaire. C'est quelque chose que je n'ai jamais vécu, un peu à Bercy, mais là, c'était plus fort. Je ressors déçu de ne pas avoir réussi à au moins empocher un set. Assez fier de moi, parce que j'ai réussi à tenir dans quelque chose qui est nouveau pour moi. Je ne sais pas combien de personnes me criaient dessus sur le premier set, ce n'était pas évident de rester concentré. C'est un peu mitigé, mais c'est sûr que j'aurais aimé rejouer un match à Roland-Garros".

Et avant le match, quel était votre état d'esprit ?
PH.H: "On est toujours tendu. Je n'ai pas forcément l'habitude. J'ai pu me baser sur des expériences que j'ai eues comme à Bercy où j'avais réussi à bien gérer les choses. Il y avait surtout une énorme motivation. Et cela a toujours été mon rêve de jouer sur d'énormes courts comme cela. Je n'avais pas envie de décevoir  tout le monde qui était là. J'avais la boule au ventre ce matin, mais la bonne boule qui fait plutôt du bien et qui fait bien jouer".

Quand vous dîtes, c'est plus fort que Bercy, malgré tout n'y a-t-il pas un goût amer dans la défaite ?
PH.H:
 "Sincèrement, je ne m'attendais pas à autant de soutien et à autant de bruit. On dit souvent que le public français est un mauvais public, mais je n'ai jamais vu autant de personnes qui étaient derrière moi. J'ai eu un soutien énorme. On m'a dit que ce n'est pas courant des ambiances comme cela. Il y avait une ambiance de dingue, il y avait plein de monde derrière moi et c'était énorme".

Vidéo: La balle de match face à Isner

Gilles Gaillard