Gasquet poing levé Roland-Garros 2016
Richard Gasquet tient enfin le succès qu'il attendait tant | MARTIN BUREAU / AFP

Gasquet tient enfin son quart de finale !

Publié le , modifié le

Il aura fallu cinq huitièmes de finale (2011, 2012, 2013, 2015 et 2016) à Richard Gasquet (N.9) pour entrevoir enfin les quarts de finale de Roland-Garros. Ce dimanche, sur un court Philippe Chatrier qui n’a eu de cesse de l’encourager, le Biterrois a battu le Japonais Kei Nishikori (N.5) en quatre sets (6-4, 6-2, 4-6, 6-2), à l’issue d’une rencontre où il a su savamment pousser son adversaire à la faute et jouer un tennis particulièrement solide. Au prochain tour, Gasquet affrontera l’Ecossais Andy Murray, tombeur un peu plus tôt de l’Américain John Isner.

Bon démarrage pour Gasquet

La rencontre entre Richard Gasquet et Kei Nishikori avait un goût de déjà-vu. Et pour cause : les deux joueurs s’étaient déjà croisés à deux reprises cette saison. C’était en huitièmes de finale des tournois de Madrid et Rome il y a quelques semaines seulement. Et les deux fois, le Japonais s’était facilement imposé en deux sets. Cette fois-ci, sur le court Philippe Chatrier, face à un public complètement acquis à sa cause, Gasquet avait envie de prendre sa revanche et s’en ai guère caché.

Dans le premier set, il a su immédiatement pousser son adversaire à la faute. Il s’est néanmoins fait breaker 2-4 juste avant que la pluie ne vienne jouer les trouble-fêtes et interrompe le match pendant environ 1h. A la reprise, le Biterrois est reparti de plus belle et a enchaîné 4 jeux gagnants pour remporter la première manche 6-4 en 40 minutes.

Nishikori cumule les fautes

Manifestement très en confiance et solide sur son service et son coup droit, Gasquet a poursuivi sur sa lancée en breakant son adversaire dès le premier jeu de la seconde manche. Puis en confirmant sur son service (2-0). Supérieur techniquement, il a pris encore un peu plus l’ascendant en convertissant sa deuxième balle de double-break (4-1) sur un puissant revers. En face, Nishikori semblait parfaitement démuni.

Ce passage à vide, Gasquet en a profité jusqu’à la lie pour boucler le second set 6-2 en trente petites minutes.

L’abattement se lisait sur le visage du Japonais qui, à ce stade de la rencontre, avait déjà commis 25 fautes directes et se demandait comment il allait bien pouvoir inverser la tendance. Dans les tribunes, l’entraîneur de Gasquet, Sergi Bruguera, l’encourageait le poing serré et le public scandait son prénom à chaque beau point. Et les occasions étaient nombreuses, entre amortis bien sentis, revers dévastateurs et puissants coups droits le long de la ligne. Et comme si cela ne suffisait pas, le Français, outre son jeu efficace et agréable à regarder, avait la chance pour lui. De quoi décourager Nishikori …

Retours de flamme

Touché mais pas coulé, le Japonais a persévéré, retrouvé de meilleures sensations et ainsi réussi à ne plus laisser filer son service dans le troisième set. Il s’est même offert le luxe d’infliger deux jeux blancs au Français pour mener 4-3 puis 5-4, avant de s'adjuger le troisième set sur le score de 6-4. Un coup dur pour le Français qui pensait sans doute tenir le bon bout et sa place en quart de finale !

Mais en véritable guerrier, Gasquet n'a rien lâché. Il a, au contraire, répondu du tac-o-tac en réussissant le break dès le début du quatrième set. Avant de convertir une balle de double-break pour mener 4-1.  

Le court Philippe Chatrier exultait, sentant la victoire tant attendue se rapprocher. Déterminé, le Français n'a pas tremblé et a finalement conclu l'ultime manche sur le score de 6-2. 

Quatre sets (6-4, 6-2, 4-6,6-2) et 2h34 de jeu, Richard Gasquet a mené son 8e de finale d'une main de maître et va pouvoir enfin goûter aux joies des quarts de finale. Un quart de finale qu'il jouera face à Andy Murray, tête de série N.2, qu'il n'a plus battu depuis 2012. 

Isabelle Trancoën