Richard Gasquet (Roland-Garros 2015)
Richard Gasquet n'a rien à perdre face à Novak Djokovic | STEPHANE ALLAMAN / Stéphane ALLAMAN / DPPI media

Gasquet-Djokovic: Un exploit, enfin ?

Publié le , modifié le

Régulier en Grand Chelem depuis plusieurs saisons, Richard Gasquet n’a toujours pas réussi l’exploit qui le ferait entrer définitivement dans le cœur des Français. Opposé au monstre Novak Djokovic, le Biterrois a une occasion en or et pas grand-chose à perdre.

Wawrinka, Murray, Djokovic, Nadal… A quelques exceptions près, ces joueurs sont les tombeurs de Richard Gasquet en Grand Chelem ces dernières saisons. A Roland-Garros c’est encore plus criant puisqu’à part Verdasco l’année dernière, le « petit Mozart » du tennis a perdu contre meilleur que lui à chaque fois depuis son retour en 2010. Des bons petits tournois, trois huitièmes de finale même entre 2011 et 2013. Jamais une défaite honteuse. Jamais un exploit non plus.

Un début de tournoi tendu

Car oui Richard Gasquet est devenu un joueur plus solide. Il tombe encore ici ou là devant un Nick Kyrgios à Wimbledon avec neuf balles de matches gâchées mais il n’a plus perdu au premier tour d’un Grand Chelem depuis Roland-Garros 2010 (face à Andy Murray). Cette année, « Richie » a eu besoin de cinq sets pour écarter Carlos Berlocq au deuxième tour, puis de quatre pour battre Kevin Anderson (mieux classé que lui qui l’avait battu à l’Open d’Australie en début d’année). Deux matches qui vont forcément peser au moment d’affronter Novak Djokovic en 8es de finale. Deux matches qui ont aussi montré que Gasquet a du caractère. Il en aura besoin.

Djokovic, intouchable ?

Car en face de lui se dresse une montagne. Novak Djokovic, numéro un mondial, favori (bis) de ce Roland-Garros 2015, vainqueur d’un Grand Chelem et de quatre Masters 1 000 cette saison, joueur au 35 victoires pour 2 défaites en 2015.... Un joueur qu’il n’a plus battu depuis…. 2007 (aux Masters de Shanghaï). Soit avant l’éclosion de « Nole » (quelques mois avant son premier Grand Chelem en Australie). Dans ce Roland-Garros, Djokovic a connu deux petites alertes. D'abord face à Jarkoo Nieminen quand il a été à deux doigts de lâcher un set puis face à Thanasi Kokkinakis quand il a dû se faire manipuler l'adducteur pendant de longues minutes. Y'aurait-il des failles dans la carcasse du Serbe ? A Paris, il est dans la peau du favori. En quart de finale se profile une finale avant la lettre face à Rafael Nadal (si celui-ci écarte Jack Sock). Deux petits éléments qui peuvent, pourquoi pas, perturber la fabuleuse mécanique de l'octuple vainqueur en Grand Chelem.

Pour ne pas nourrir de regrets, Gasquet va devoir jouer sa carte à fond. Et surtout ne pas craquer dans les moments importants. A Roland-Garros, il a parfois frôlé l’exploit. Menant deux sets à rien face à Murray en 2010, il s’incline en cinq manches. Rebelote en 2013 quand il domine Wawrinka avant de craquer 8/6 au cinquième set. Le public parisien, parfois si exigeant, attend le véritable exploit de Gasquet. Si le Français venait à réaliser l'impensable face à la machine Djokovic, on susurre que le central pardonnerait l’affront de le priver d’un quart de finale explosif entre « Djoko » et Nadal.

Christophe Gaudot @ChrisGaudot