Gasquet en deux temps trois mouvements

Gasquet en deux temps trois mouvements

Publié le , modifié le

A l'issue d'un match intense, riche en rebondissements et joué sur deux jours, Richard Gasquet a obtenu, vendredi, son ticket pour le 3e tour de Roland-Garros en battant l'Argentin Carlos Berlocq en cinq sets (3-6, 6-3, 6-1, 4-6, 6-1) et 3h24 de jeu. Au prochain tour, le Biterrois affrontera Kevin Anderson, tête de série N.15. Un match qui s'annonce d'ores et déjà difficile pour Gasquet qui, en début d'année, à l'Open d'Australie, avait trébuché sur le géant Sud-Africain.

Richard Gasquet et Carlos Berlocq  se connaissaient pour s’être affrontés à deux reprises. Et, dans leur historique, Gasquet dominait avec deux victoires à son compteur, dont la dernière à l’Open d’Australie en début d’année. Malgré tout, c’était  Berlocq qui, profitant des nombreuses fautes directes de Gasquet, prenait l’ascendant en réalisant le break 3-1 dans le premier set débuté jeudi après-midi.

Plus en jambe en ce début de rencontre, l’Argentin donnait du fil à retordre à Gasquet. Ce dernier, mené 3-5, réussissait néanmoins à se procurer deux balles de break mais échouait à revenir au score. Il concédait ainsi le premier set 6-3. Une entrée en matière décevante pour le Français dont les ambitions à Roland-Garros ont jusque-là toujours été déçues.

Gasquet muscle son jeu

Piqué au vif par son échec, Gasquet repartait à l’attaque en début de seconde manche et ses efforts payaient. Il profitait en effet de deux fautes directes de son adversaire pour s’offrir deux balles de break. Et ce coup-ci, il ne tremblait pas pour creuser l’écart (2-0) et enchaînait même avec un jeu blanc (3-0).

Berlocq, grimaçant un peu, choisissait ce moment pour faire appel au kiné. Un temps-mort dont il tirait bénéfice puisqu’à son retour sur le court, l’Argentin alignait à son tour un jeu blanc (3-1). Le niveau de jeu s’élevait, la partie trouvait son rythme et Gasquet, sur un joli revers, s’octroyait une balle de set et concluait cette manche avec panache (6-3).

Sur sa lancée, Gasquet réalisait le break dès le début du 3e set grâce à un jeu plus incisif. Le public, venu en nombre pour supporter le Français, appréciait. Carlos Berlocq, dominé dans l’échange, ne parvenait plus à trouver la faille et le set défilait rapidement mais sûrement en faveur du protégé de Sébastien Grosjean. Plus patient et plus appliqué, Gasquet breakait une nouvelle fois son adversaire (4-1) et remportait ce 3e set tranquillement sur le score sans appel de 6-1.

De l’énervement dans l’air

Malheureusement, pour le Français, la quatrième manche n’allait pas être du même acabit. Solide sur son coup droit, Berlocq se montrait revêche et breakait Gasquet 2-1. La nuit commençait à pointer le bout de sa noirceur tandis que les deux joueurs se rendaient coup pour coup. Mais confondant peut-être vitesse et précipitation, Gasquet perdait en précision et laissait poindre un peu d’irritation, notamment quand une de ses balles échouait dans le filet.

Cette exaspération s’amplifiait suite à un point litigieux. L’état de nerf du Biterrois profitait à Berlocq qui, grâce à un service robuste, se procurait trois balles de set et remportait ce set sur un jeu blanc. A deux sets partout et dans une ambiance de plus en plus sombre, l’arbitre décidait d’interrompre la rencontre.

La nuit a été salvatrice

Ce vendredi, c’était sous un beau soleil que les deux joueurs se retrouvaient pour le verdict final. Et manifestement, l’envie d’en découdre était forte dans les deux camps, comme le prouvait leur premier échange. Mais le match tournait rapidement en faveur de Gasquet. Bien en place et plus précis dans l’échange, il breakait Berlocq (2-0) sous le regard satisfait de son duo d’entraîneur Grosjean/Bruguera et les encouragements d’un public largement acquis à sa cause.

Il enchaînait, menant 3-0 puis 4-1. Berlocq avait beau s’employer, Gasquet était supérieur et sa détermination inébranlable. A 4-1, il obtenait deux balles de break et la seconde était la bonne (5-1). D’une même voix, le public du Lenglen exultait. Sa joie était encore plus grande quand, quelques minutes plus tard, sur son service, le Français concluait victorieusement le set et le match (6-1).

Isabelle Trancoën