Garbine Muguruza-Serena Williams, l’heure de la revanche

Garbine Muguruza-Serena Williams, l’heure de la revanche

Publié le , modifié le

Garbine Muguruza et Serena Williams vont se retrouver en finale de Grand Chelem moins d’un an après leur duel à Wimbledon. L’Américaine, comme à l’US Open et à Melbourne, est en quête d’un 22e Majeur, tandis que l’Espagnole, elle, espère décrocher son premier.

Trois finales à Paris et trois titres (2002, 2013, 2015). Serena Williams n’a jamais raté la dernière marche quand elle est entrée sur le Court Central le dernier samedi de la quinzaine. L’Américaine va tenter la passe de quatre ce samedi. Mais pour la numéro 1 mondiale, l’essentiel est ailleurs. Après avoir manqué l’histoire et le Grand Chelem à l’US Open l’an dernier, avoir raté son 22e Majeur en Australie en début d’année, elle va retenter sa chance de rejoindre Steffi Graf dans la légende et ses 22 Grand Chelem. Sans se mettre la pression.

"Si j'y arrive, ce serait super, a-t-elle avoué en conférence de presse, je vais juste essayer de remporter un nouveau titre du Grand Chelem". Hasard, elle retrouve en finale celle face à qui elle a remporté le 21e à Wimbledon, Garbine Muguruza. L’Espagnole arrive en conquérante. Elle a étrillé Samantha Stosur en demie quand Serena a pioché pour se défaire de Kiki Bertens. Cette deuxième finale de Grand Chelem, la numéro 4 mondiale l'aborde avec un surplus d'expérience. Elle a appris de cet échec sur le gazon londonien. "C'était ma première finale, contre une adversaire difficile. J'étais très tendue, s’est-elle souvenue. C'était difficile de gérer ce stress, sur une surface différente, le gazon. Je me rappelle que trois points m’ont échappé, elle en avait profité, mais je ne me rappelle pas d’une énorme faute".

Retrouvailles

Muguruza ne part pas favorite. Parce que le palmarès parle pour l’Américaine qui mène dans les confrontations directes (3-1). Mais dans sa manche, Muguruza a une carte à jouer. A Roland il y a deux ans, l’Espagnole, alors âgée de 20 ans, avait fait tomber au deuxième tour la numéro 1 mondial. Un souvenir douloureux pour l’Américaine qui promet avoir "appris des tonnes d'enseignement". "Cela a été une leçon incroyable et cela m'a ouvert le chemin pour d'autres super victoires", a assuré Serena. Muguruza, elle, ne s’est pas attarder sur ce souvenir. Seul compte le match de samedi. "Je vais essayer de gagner contre la meilleure du monde. C'est tout. Je vais essayer de ne pas me laisser déborder par les émotions", a soufflé une Muguruza qui "n’a rien à perdre".

Super-puissantes

Le public du Chatrier peut s’attendre à un combat entre deux joueuses qui frappent très fort et qui ont l’habitude d’imposer leur jeu. Muguruza sur Serena ? "Elle est très puissante, elle domine le jeu, c'est son style". Serena sur Muguruza ? "Garbine joue très bien. Elle lâche les coups, et fait preuve d'agressivité. Ce sera un très beau match". "Nous sommes toutes les deux des joueuses qui aimont dicter le jeu, dominer (…) Il y a des moments où elle va dominer, d’autres où je dominerai. Je peux vraiment lui donner beaucoup de fil à retordre", a synthétisé l’Espagnole. Cela se résumera à un seul point, le physique. Celui de Serena pourrait être entamé, elle qui va jouer enchaîner son quatrième jour d’affilée.

Une possibilité réfutée par son adversaire : "Le fait qu'elle ait joué 3 jours d'affilée ou pas n'est pas un problème. Il faut seulement se focaliser sur ce que tu dois faire et non sur les autres choses que tu ne peux pas contrôler". Comme Kerber à Melbourne et Vinci à New York, Muguruza pourrait être celle qui fiche en l'air le nouveau rendez-vous de Williams avec l'Histoire. Une éventualité savoureuse. "On a toute envie de gagner un Grand Chelem, a avoué Muguruza, peu importe qui est l'adversaire. Mais il est clair que si c'est une grande championne, on a d'autant plus de plaisir".

Benoit Jourdain @BenJourd1