Françaises en danger, révélation, retour des déchus, grand écart... le "Set à suivre" de la 5e journée

Publié le , modifié le

Auteur·e : Théo Gicquel
Grigor Dimitrov
Grigor Dimitrov | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Les trois Françaises engagées sont-elles en danger dès ce deuxième tour ? Jelena Ostapenko et Grigor Dimitrov peuvent-ils renaître de leurs cendres à Paris ? Andrey Rublev peut-il être la révélation de cette édition ? Voici quelques unes des questions que l'on se pose dans ce cinquième "Set à suivre".

• Cornet, Burel : les Françaises face à des coupeuses de tête 

On a longtemps eu l’habitude de compter les Français en deuxième semaine, cette année il faut se résoudre à les compter au deuxième tour. Monfils, Mladenovic, Gasquet : tous sont passés en coup de vent à Roland-Garros cette année, et le contingent Tricolore est déjà réduit à la portion congrue. On comptera donc sur Fiona Ferro, Alizé Cornet et Clara Burel pour entrevoir un espoir de deuxième semaine Porte d’Auteuil. 

Aucune n’a pourtant un tirage facile : Ferro affronte Elena Rybakina, tête de série n°14. Pour les deux autres, pas de favorite mais deux coupeuses de tête : Cornet sera face à la Chinoise Shuai Zhang, tombeuse de Madison Keys, demi-finaliste il y a deux ans. Burel défiera elle Kaja Juvan, qui a écarté Angélique Kerber, juste triple vainqueur en Grand Chelem et 22e mondiale. Si on vous en parle, c’est aussi parce qu’au tour suivant, on pourrait avoir un duel Cornet-Burel…. ou Zhang-Juvan.

Alizé Cornet lors du premier tour de Roland-Garros 2020.
Alizé Cornet lors du premier tour de Roland-Garros 2020. © AFP

• Cuevas-Tsitsipas, rallye de France en vue

Si vous prévoyez de vous installer sur un court jeudi à Roland-Garros, dirigez vous vers le court Philippe Chatrier vers 17h jeudi. Vous devriez y apercevoir Pablo Cuevas et Stefanos Tsitsipas. L'opposition de frappeurs de fond de court devrait donner lieu à une joute au long cours. Le profil plus défensif de l'Uruguayen face à l'agressivité du Grec. Sorti in extremis d'un match en cinq sets face à un autre terrien, Jaume Munar, Tsitsipas a frôlé la correctionnelle après avoir perdu les deux premiers sets.

Leur dernier affrontement, au deuxième tour d'Hambourg il y a une semaine, avait tourné en la faveur de Tsitsipas (7-5, 6-4), mais il faudra ajouter un set dans l'équation à plusieurs inconnues qu'est cette édition de Roland-Garros. A coup sûr, ça va cogner.

• Davidovich - Rublev, un air de révélation ?

Davidovich et Rublev. On vous l’accorde, ce ne sont pas les noms les plus ronflants parmi la NextGen que compte les Shapovalov, Tsitsipas et autre Auger-Aliassime. Pourtant, Alejandro Davidoch (21 ans) et Andrey Rublev (22 ans) ont du talent à revendre. Le vainqueur de l’affrontement entre ces deux espoirs jeudi au deuxième tour pourrait pourtant bien avoir une tête de révélation dans ce Roland-Garros bien clairsemé. 

Pourquoi ? Notamment car leur partie de tableau est sans doute la plus abordable, comprendre dénuée d’épouvantail : l’adversaire du vainqueur au troisième tour sera Lajovic ou Anderson, avant potentiellement Albert Ramos Vinolas en huitième et Tsitsipas ou Shapovalov en quart. Compliqué mais pas impossible, notamment pour Rublev, 12e à l’ATP et tout récent vainqueur sur la terre battue de Hambourg. On extrapole un peu, mais ce Roland a tout pour bousculer les codes établis.

Andrey Rublev lors du premier tour.
Andrey Rublev lors du premier tour. © Anne-Christine POUJOULAT / AFP

• Ostapenko - Dimitrov, le retour des déchus

Cette dernière journée du deuxième tour sera aussi l'occasion de revoir certaines têtes qu'on avait presque oubliées : Jelena Ostapenko et Grigor Dimitrov. Depuis sa victoire surprise Porte d'Auteuil en 2017, la Lettone fait du rase-mottes en Grand-Chelem, excepté une demie surprise à Wimbledon en 2018. Plus tête de série en raison de sa 43e place mondiale, elle ouvre le bal jeudi sur le Central. Et ce sera face à une sacrée cliente : Karolina Pliskova, tête de série n°2. Autant dire que forcément, elle ne part pas favorite. Le chemin vers un deuxième sacre est encore long.

Pour Dimitrov, l'agonie est moins brutale mais tout aussi inquiétante. Lui est encore tête de série (18). Mais depuis sa demie à l'Open d'Australie en 2017, son année faste, le Bulgare n'a franchi que deux fois la première semaine en Grand Chelem. Une décrépitude assez incompréhensible pour un joueur habitué à une certaine régularité. Andrej Martin, 102e mondial, est une victoire expiatoire idéale avant un possible choc face à Denis Shapovalov.

• Irina Bara, la plus française des Roumaines

Elle n’avait jamais franchi le seuil d’un tableau final de Grand Chelem en simple. Issue des qualifications, Irina Bara, 142e à la WTA, peut ce jeudi accéder au troisième tour de Roland-Garros. Particularité : la Roumaine est licenciée à Saint-Dié des Vosges dans l'Est de la France, tout comme sa compatriote Mihaela Buzarnescu (éliminée au premier tour des qualifications) et Chloé Paquet (éliminée par Alizé Cornet au premier tour du tableau final). Elle en est désormais la seule rescapée.

D'autant que Bara a déjà fait tomber la tête de série n°26 au premier tour Donna Vekic. Déjà une petite sensation dans le relatif anonymat du court n°4. Jeudi, elle sera opposée à Alison Van Uytanck, éliminée au premier tour de 4 des 6 tournois qu’elle a disputé depuis la reprise (Palerme, Cincinnati, US Open, Strasbourg). 

Françaises en danger, révélation, retour des déchus, grand écart... le "Set à suivre" de la 5e journée
© Irina Bara lors du premier tour de Roland-Garros.