Federer au coeur des interrogations

Federer au coeur des interrogations

Publié le , modifié le

Eliminé avant les quarts de Roland-Garros, après avoir déjà buté par deux fois à ce stade de la compétition l'an passé en Grand Chelem, Roger Federer n'a pas levé les doutes l'entourant. Le Suisse, présent à Halle cette semaine, pourrait jouer gros à Wimbledon.

Qu'arrive-t-il à Roger Federer ? Sorti avant les quarts par Ernests Gulbis (6-7, 7-6, 6-2, 4-6, 6-3), alors qu'il a mené un set à rien et 5-3 dans la deuxième manche, le gagnant 2009 a confirmé la tendance à la baisse -logique étant donné son âge- de ses performances en Grand Chelem. Auparavant, accéder à ce stade de la compétition en Majeur ne lui posait aucun souci. A Melbourne, en janvier dernier, le Bâlois avait d'ailleurs réussi à égaler le record de 41 quarts joués, détenu jusqu'alors par Connors, lui déjà recordman du nombre de participations d'affilée.

Vidéo: La balle de match perdue par Federer

Mais ça, c'était avant. Car, sur les quatre derniers Majeurs joués, le Bâlois s'est incliné... trois fois avant les quarts. Sa sortie de route Porte d'Auteuil a fait suite aux éliminations subies l'an passé au deuxième tour de Wimbledon (contre Stakhovsky) et en huitièmes de finale de l’US Open (face à Robredo). Si ses douleurs au dos expliquaient alors ses difficultés, il n'en va pas de même cette fois-ci. A Roland-Garros, le Suisse semblait en pleine forme et déterminé à faire quelque chose, même si la naissance de ses jumeaux a sans doute perturbé la fin de sa préparation.

Federer a "évacué" Roland-Garros

Pourtant, à Paris, Federer a enregistré sa plus mauvaise performance depuis 2004 et une défaite en première semaine contre Gustavo Kuerten. Plus important encore, le Bâlois a subi sa première en défaite dans un cinquième set à Roland-Garros (six victoires en six matches jusque-là). Malgré tout, si on l'écoute, Federer s'est déjà remis de cette désillusion. Il l'a confié à quelques heures de débuter la défense de son titre du côté de Halle, première semaine de la saison sur gazon. "J'ai évacué ce qui s'est passé", a-t-il déclaré dans une interview aux organisateurs.

Annoncé sur le déclin, à 32 ans, le Suisse a repoussé toute idée d'une fin de carrière précoce. "C'est vrai j'ai tout gagné. Mais je reste fasciné par le jeu, par l'envie de relever le défi quotidien des meilleurs mondiaux et des jeunes étoiles montantes", a lancé l'homme aux 17 titres du Grand Chelem. Une rage de vaincre qu'il avait déjà exprimé après sa défaite Porte d'Auteuil, avec un point de mire bien défini : "Tant que ma forme physique demeure aussi bonne que lors des neuf derniers mois, j'ai une chance de gagner à Wimbledon." Car, c'est sur ce gazon qu'il chérit tant qu'il partira en quête d'un huitième sacre le 23 juin prochain.

Yohan Roblin @yohanroblin