Novak Djokovic et Stanislas Wawrinka
Novak Djokovic et Stanislas Wawrinka ont pris l'habitude de se livrer des duels aussi longs que spectaculaires | AFP

Djokovic-Wawrinka : Messieurs, remettez-nous ça!

Publié le , modifié le

Les quatre dernières confrontations entre Novak Djokovic et Stanislas Wawrinka en Grand Chelem se sont soldées par autant de marathons dantesques : cinq sets et 3h30 de jeu au minimum à chaque fois. Un constat qui promet avant la grande finale entre les deux hommes, ce dimanche (dès 15h sur France 2 et francetvsport.fr) à Roland-Garros.

1/8 Open d’Australie 2013 : Djokovic (1-6, 7-5, 6-4, 6-7(5), 12-10)

S’il en est sorti perdant, Stanislas Wawrinka estime aujourd’hui encore que c’est à partir de ce match qu’il a réellement pris conscience qu’il pouvait rivaliser avec les meilleurs. Ce jour-là, en huitièmes de finale de l’Open d’Australie, le public de la Rod Laver Arena assiste à un duel de cinq heures qui voit Novak Djokovic tout près d’être mené deux sets à zéro, avant de renverser la tendance pour finalement se qualifier au bout d’une cinquième manche interminable (12-10) et d’un dernier échange à l’image du match, exceptionnel. Le double tenant du titre filera ensuite vers un troisième sacre, sans jamais retrouver sur sa route une telle opposition. Conscient d’être passé tout près de l’exploit de sa carrière, "Stan" quittera le court en larmes, "Nole" déchirant lui son maillot de rage et de fatigue. Dans la défaite, le Wawrinka nouveau est né et ne s’arrêtera plus de bousculer le Big Four.

1/2 US Open 2013 : Djokovic (2-6, 7-6(4), 3-6, 6-3, 6-4)

Comme à Melbourne neuf mois plus tôt, Wawrinka débute la demi-finale de l’US Open tambour battant, corrigeant le numéro un mondial dans le premier set (6-2). Une nouvelle fois, il oblige le Serbe à s’employer comme rarement, démontrant un panache, un talent et un mental à la hauteur des plus grands. Mais c’est encore une fois Djokovic qui s’impose, après 250 minutes de jeu et autant de frayeurs. Contrairement à son attitude démonstrative en Australie, Djoko restera ce jour-là impassible, le regard sévère, plus soulagé que satisfait. Encore une fois, il a eu très, très chaud, et l’énergie qu’il a laissée en demie lui coûtera très cher en finale, où il tombera en quatre sets face à Rafael Nadal. 

1/4 Open d’Australie 2014 : Wawrinka (2-6, 6-4, 6-2, 3-6, 9-7)

Quatre heures et cinq sets, dont un dernier qui joue les prolongations (9-7). Un scénario presque aussi renversant que l’année précédente. Sauf que, contrairement à l’édition 2013, alors que personne ne lui donnait la moindre chance après un premier set à sens unique en faveur de Djokovic (6-2), c’est cette fois-ci Wawrinka qui quitte la Rod Laver Arena en patron. Extraordinaire dans la troisième manche, impressionnant de solidité dans l’ultime set, le Vaudois parvient à empêcher son adversaire d’atteindre le stade des demi-finales après 14 derniers carrés consécutifs en Grand Chelem. Il savait qu’il pouvait battre le triple tenant du titre : il l’a désormais prouvé. Deux jours plus tard, à la surprise générale, il lui succédera et entrera pour de bon dans la cour des très grands.

1/2 Open d’Australie 2015 : Djokovic (7-6(1), 3-6, 6-4, 4-6, 6-0)

La dernière confrontation entre Djokovic et Wawrinka, à Melbourne (encore !), s’est elle aussi décidée en cinq sets, sans toutefois atteindre les sommets d’intensité des trois précédents marathons : moins de quatre heures et un dernier set expédié par le Serbe (7-6, 3-6, 6-4, 4-6, 6-0) en demi-finale, qui reconnaîtra que sa performance n’a "pas été à la hauteur". Comme un échauffement avant le "vrai" duel, en finale, ce dimanche Porte d’Auteuil…