Novak Djokovic
Novak Djokovic a perdu son premier set du tournoi | PATRICK KOVARIK / AFP

Djokovic, juste une frayeur

Publié le , modifié le

S’il a concédé son premier set du tournoi, Novak Djokovic n’a pas failli à sa tâche se qualifiant pour les huitièmes de finale de Roland-Garros face à Marin Cilic (6-3, 6-2, 6-7, 6-4). Dangereux mais toujours impuissant face au numéro deux mondial (neuf défaites en neuf duels), le géant croate a offert une belle résistance en réalisant deux dernières manches de haute volée.

Si Marin Cilic devra encore attendre pour espérer faire tomber sa bête noire, il peut se targuer de lui avoir donné ses premières sueurs froides du tournoi. De retour à son meilleur niveau après avoir été ralenti par les pépins physiques, le géant croate était redouté par Djoko ("il travaille très bien (…) il peut être très dangereux, je me méfie de lui"). Et pour cause : le poulain d'Ivanisevic montrait ses bonnes intentions d’entrée de jeu en réussissant le break (1-3)... avant que Djokovic ne lui réponde en remportant les cinq jeux suivants (6-3). Ce dernier trouvait son rythme de croisière, expédiant la deuxième manche pour entrevoir un match au moins aussi facile que lors des deux premiers tours, où il s'était imposé sans dépasser la barre des deux heures (1h40 face à Joao Sousa, 1h32 contre Jérémy Chardy).

Cilic plombé par ses 64 fautes directes

Mais un tout autre match débutait alors : après avoir été entreprenant, Cilic se montrait franchement menaçant. Offensif, il mettait la pression sur le Serbe en prenant son service, le poussant à réaliser des erreurs inhabituelles, notamment au filet. Après 50 minutes d'effort dans la troisième manche, le 26e joueur mondial expédiait même le tie-break (7-2) pour prendre le premier set du tournoi à Djokovic. Ce n'est pas la première fois que ce dernier se retrouvait en danger contre le Croate : à Indian Wells, en mars, il avait été balayé au premier set (1-6 !) avant de se rattraper dans les deux suivants (6-2, 6-3).

Cette fois-ci, Djokovic n’a pas su réagir avec autant d’autorité. Surfant sur la dynamique de la troisième manche, Cilic, précis et agressif, continuait de faire courir l’un des plus sérieux favoris du tournoi. Impressionnant sur ses montées à la volée (17/22), il concédait le break (2-4) avant de se rattraper (4-4) pour faire durer le suspense. Plombé par ses 64 fautes, Cilic craquait sur son dernier service. Sur une double-faute, il laissait filer sa bête noire en huitième. Ce dernier, marqué après 3h11 de jeu mais ravi d’avoir évité un cinquième set, y retrouvera Jerzy Janowicz ou Jo-Wilfried Tsonga.

Vidéo : La victoire de "Djoko"

Gaétan Scherrer @GaetanScherrer