Kei Nishikori
Kei Nishikori | ERIC FEFERBERG / AFP

Derrière Djokovic, Murray, Wawrinka et Nadal: Nishikori, le cinquième élément

Publié le , modifié le

L’homme le mieux à même de troubler la hiérarchie de ces Internationaux de France 2016 se nomme Kei Nishikori. Le Japonais, tête de série N.5 suite au forfait de Roger Federer, s’annonce comme le challenger numéro 1 pour défier le Big Four terrien de ce Roland-Garros (Djokovic, Murray, Wawrinka, Nadal). De plus en plus constant, le Nippon a énormément progressé sur la surface ocre ces dernières saisons au point de s’affirmer comme un prétendant au titre. Il menait 6-1, 7-5, 2-1 contre l’Italien Simone Bolelli au moment de l'interruption définitive des matches ce dimanche.

Finaliste à Barcelone où seul Rafael Nadal a réussi à lui barrer la route du titre, demi-finaliste valeureux à Madrid comme à Rome face à Novak Djokovic, Kei Nishikori a clairement le potentiel pour aller très loin ce printemps à Paris. Combattant hors pairs, la star du tennis asiatique possède surtout une finesse qui lui permet de rivaliser avec les meilleurs lorsqu’il est dans de bonnes dispositions comme à l’US Open 2014 où il avait sorti Djokovic avant de tomber contre un Marin Cilic intraitable au service.

Un revers qui fait des ravages​

Précis dans ses frappes, capable de surprendre ses rivaux de n’importe quel endroit du cours, Nishikori sait accélérer quand il faut pour trouver la faille même dans les défenses les plus efficaces du circuit. Doté d’un revers à deux mains tranchant comme l’épée d’un samouraï, le plus méconnu des cadors est bien davantage qu’un contre-attaquant. Les conseils prodigués par l’ancien lauréat du tournoi Michael Chang ont permis au Japonais de 26 ans de s’installer dans le top 10 et de lorgner le top 5 dans les mois à venir.

Le seul bémol à son encontre provient peut-être de sa capacité à tenir la dragée haute aux favoris sur la distance des cinq manches. Quoiqu’endurant, Nishikori dépense beaucoup d’énergie avec son jeu en cadence et ses frappes répétées destinées à faire craquer l’adversaire.

Un tableau difficile

Il couvre énormément de terrain et pourrait donc souffrir après trois heures de jeu devant Andy Murray, son potentiel rival en quarts, Stan Wawrinka –qu’il pourrait rencontrer en demies-, Novak Djokovic ou Rafael Nadal, des monstres physiques.

Auparavant, il devra déjà se débarrasser du fantasque Australien Nick Kyrgios ou de Richard Gasquet. Il ne daignerait pas retrouver le Biterrois en huitièmes de finale vu qu’il vient récemment d’en disposer à deux reprises, aux Masters 1000 de Madrid et de Rome, après six défaites initiales. Le signe que Nishikori a mûri. Il n’est plus "Nippon ni mauvais" mais tout simplement très bon. Assez pour gagner Roland-Garros ?

Grégory Jouin @GregoryJouin